Le pont mirabeau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4744 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Pont Mirabeau
Apollinaire

http://www.youtube.com/watch?v=oShj49SVUN0
http://www.youtube.com/watch?v=DvOeX9b4Tp4&feature=related

Analyse Stylistique

I. Introduction

א Le Pont Mirabeau relie à Paris la rive droite à la rive gauche ; Auteuil où le poète résida en voisin de Marie Laurencin à Montparnasse où se retrouvait la bohême.
ב Dans le recueil, le poème se situe entre lalongue dérive de Zone s’achevant par le retour vers Auteuil : « Tu marches vers Auteuil tu veux aller chez toi à pieds » et La Chanson du Mal Aimé évoquant les amours malheureuses.
ג La ville et l’amour apparaissent intimement liés. Rues et fleuves ne sont pas seulement le décor de la passion, mais suscitent, par leur présence, par leur spectacle ou par les êtres surgis au hasard (Cf. La Chanson duMal Aimé) le délicieux travail de la mémoire.
II. Première Lecture : Ebauche du thème
A. Thèmes

III. Deuxième Lecture : Etude de la versification

A. Spatialisation[1]

(Le poème se compose de quatre strophes de quatre vers séparés par un refrain de deux vers
Le refrain est un distique de deux heptasyllabes (7 syllabes); chaque strophe comporte: un décasyllabe, un tétrasyllabe (4syllabes), un hexasyllabe (6 syllabes).

( Le premier vers : « Sous le pont Mirabeau coule la Seine » est identique au dernier vers de la dernière strophe.

B. Métrique

(Nous relevons une alternance de vers simples (≤ 8 syllabes) et de vers complexes (> 8). La mesure des vers donne le schéma suivant :

|Première Strophe |10 pieds |4 pieds|6 pieds |10 pieds |
|Refrain |7 |7 |
|Deuxième Strophe |10 pieds |4 pieds |6 pieds |10 pieds |
|Refrain |7 |7 ||Troisième Strophe |10 pieds |4 pieds |6 pieds |10 pieds |
|Refrain |7 |7 |
|Quatrième Strophe |10 pieds |4 pieds |6 pieds |10 pieds ||Refrain |7 |7 |

( Nous notons également une alternance de vers pairs : dans les strophes et impairs : dans les refrains ( cette répartition corrobore le schéma spatial du pont.

(Arrêtons-nous désormais sur le décasyllabe.
Ce type de vers est employé dès le Moyen Age, notamment dans la Chanson de Toile. Au Xe etXIe siècle, nous le rencontrons dans la poésie épique puis, plus tard, au XIIIe siècle dans la poésie lyrique avant d’être supplanté dans ce dernier registre par l’alexandrin à partir du XVIe siècle.
Dans ce type de vers, la césure intervient à la sixième syllabe conférant au vers une cadence mineure[2].
Or cette coupe 6/4 correspond à la mesure des vers centraux de chaque strophe :

|Sous lepont Mirabeau coule la Seine | |Sous le pont Mirabeau coule la Seine |
|Et nos amours | |Et nos amours faut-il qu'il m'en souvienne |
|Faut-il qu'il m'en souvienne | |La joievenait toujours après la peine. |
|La joie venait toujours après la peine. | | |
|Les mains dans les mains restons face à face | |Les mains dans les mains restons face à face |
|Tandis que sous...
tracking img