Le potlach de marcel mauss (essai sur le don)

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1700 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Marcel MAUSS, Essai sur le don (1923-1924)

Marcel Mauss a été le neveu et le disciple de Durkheim, lui-même fondateur de l’école de sociologie. Né en 1872 et mort en 1950, il a occupé une place très importante en sociologie et en anthropologie. Il s’est particulièrement intéressé à l’histoire des religions et à la pensée hindoue au cours de sa carrière, et a contribué à la fondation del’Institut d’ethnologie. Il a également apporté une nouvelle notion fondamentale dans ces disciplines : « le phénomène social total » qui selon lui est nécessaire à observer pour comprendre l’homme dans sa totalité. Sociologie et anthropologie, 1950 et Essai sur le don écrit en 1925, constituent les deux ouvrages principaux de M. Mauss. Le texte que nous allons commenter est un extrait d’Essai sur ledon, dans lequel il analyse le don et le contre-don en adoptant une méthode comparative avec d’autres systèmes d’échange que l’on trouve dans plusieurs sociétés. Ce texte s’oppose aux théories économiques classiques et tente de mettre en évidence les caractéristiques morales, politiques, sociologiques et économiques du système « don, contre-don », qui selon lui forment un ensemble complexe deprestations sociales totales. Afin d’étudier ce phénomène social, Mauss part d’une problématique, puis compare différents systèmes d’échanges pour enfin, aboutir à conclusion morales, économiques et sociologiques. Dans ce texte il s’attache à répondre à la problématique suivante : Pourquoi donne-t-on ? Et quelles forces y a-t-il dans le don pour que l’acte de donner implique automatiquement laréciprocité de l’échange ?
Afin de comprendre et d’expliquer ce texte nous analyserons dans un premier temps les caractéristiques du don selon l’auteur ainsi que sa démarche, puis nous étudierons ensuite les conclusions morales et sociologiques ainsi que les conclusions économiques aboutissants de cette étude.

Tout d’abord, Mauss va étudier le don en tant qu’une forme d’échange économiquedifférente de notre système économique occidental, mais que l’on retrouve parfois dans certains sous-groupes ou entre individus dans notre société. Il va, en premier lieu, s’intéresser aux premières formes de marché existant avant que l’économie soit institutionnalisée et avant que les premières formes de monnaie soient mises en place. Selon lui, le don et le contre-don, sont à la base de tous systèmesd’échanges économiques. Ensuite, Mauss va comparer plusieurs sociétés où le système économique est encore basé sur le système du don et du contre-don, avec des sociétés de type marchandes.
Cette démarche va lui permettre de comprendre l’économie des sociétés traditionnelles dans sa totalité, mais aussi de démontrer que les jugements portés par les regards occidentaux sur le don sont faux. Eneffet, l’économie du don a été pour beaucoup considérée comme une forme d’échange simple entre individus, et comme une sorte de fait naturel, pour des hommes qui seraient encore à l’état de nature. Pour Mauss, le don est un fait social complexe régi par des règles juridiques et économiques propres à chaque société. C’est un système d’échange basé sur un principe fondamental qui est la réciprocitédu don, il loin d’être simple mais seulement très différent des formes que l’on retrouve dans les sociétés industrielles. L’auteur va alors relever trois caractéristiques du système « don, contre-don ». D’abord, les règles d’échange s’établissent par un contrat entre personnes morales, c’est-à-dire entre groupes, clans ou familles mais non pas entre individus. La deuxième caractéristique est quece qui s’échange dans ces sociétés, n’a pas forcément de fonction utilitaire ou de rentabilité économique. Enfin, le don et le contre-don sont effectués volontairement, bien que le caractère obligatoire réside toujours dans ce type de prestations, dans la mesure où si le don ou la réciprocité ne s’effectuent pas, l’équilibre et la paix entre les deux groupes échangeurs risque de laisser place...
tracking img