Le pouvoir des fables

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1434 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Objet d’étude : convaincre, persuader, délibérer

Question sur un groupement de texte
Sujet A
I/ D’ après les textes A, C et D, les fables nous enseignent la ruse et la réflexion à toute action. Que ce soit avant celle-ci comme le renard du texte A qui avait pensé à s’appuyer sur les épaules de la chèvre pour se sortir du puits. Ou bien pendant l’action si l’on rencontre des problèmes à lafaçon de «l’Orateur » du texte C qui ne se faisant pas écouter, a penser à raconter une fable pour attirer l’attention du peuple. Ce qui a permis au cerf du texte D d’éviter la mort en mentant au prince. Les fables sont un enseignement moral de la vie qui consiste à conter les aventures ou mésaventures de personnages fictifs pour pouvoir être capable de se sortir de ce genre de situations par lasuite et de dénoncer et de rire de comportements sociaux discrètement.

Commentaire
Le pouvoir des fables

Jean de La Fontaine (1621-1695) est un poète et fabuliste français de la période classique (deuxième moitié de XVIIème siècle) dont son plus grand succès littéraire ; Les fables est une œuvre écrite entre 1668 et 1696 et un recueil de fables rédigées en ver, mettant en scène – pour laplupart – des animaux et contenant toutes une morale. Ce recueil est aussi considéré comme l’un des plus grands chef- d’œuvre de la littérature française. L’un de ses extraits, Le Pouvoir des Fables, récit destiné à M. de Barillion et mêlant faits historiques et fantastiques, est une mise en abîme écrite en vers ayant pour but de mettre en évidence l’impuissance du discours face aux pouvoirs de lafable. C’est pourquoi nous allons nous pencher successivement sur le mode de persuasion du discours et ses effets sur l’auditeur puis sur les vertus de la fable et sa mise en abîme.

La rhétorique, ou l’art de persuader par le discours, s’avère être impuissant face à l’inintérêt que porte « le peuple » (l.1) d’Athènes pour « l’Orateur » (l.6) et son discours.Le mode de persuasion de cet Orateur, usant – comme tout Orateur - de « cet art tyrannique » (l.3) qu’est la rhétorique, est décri, par l’auteur, avec le champ lexical de la violence : « danger » (l.2), « forcer » (l.4), « violentes » (l.7), « morts » (l.9) et « combat » (l.14). Ce qui montre que la rhétorique n’est pas un mode de persuasion pacifique mais violents : (« l’Orateurrecourut à ces figures violentes » l.7) et qu’il ne laisse aucune place à la réflexion et impose : («voulant forcer les cœurs » l.4) par des arguments ou raisonnement parfois sophistiques : (« il fit parler les morts » l.9). De plus, le paradoxe lignes 3 et 4 : « et d’un art tyrannique, voulant forcer les cœurs dans une république » illustre le fait que la rhétorique peut par moments consister àutiliser des preuves ou des thèses contraires à ce que l’on veut prouver. Ce mode de persuasion qu’utilise l’Orateur est vil et malin à la fois, il gagne la faveur des personnes et plaît à ceux qui en sont victimes par un déploiement d’éloquence et de raffinement lexical : (« l’Orateur recourut à ces figures violentes qui savent exciter les âmes les plus lentes » l.8).Mais malgré tous cesarguments et ce savoir faire, le discours de l’Orateur n’est pas écouté par ses auditeurs.
Il est vrai que le discours de l’Orateur n’a eu que peu d’effet sur l’auditeur, voire pas du tout. Le discours et l’utilisation d’arguments de la part de ce dernier était sûrement un mode de persuasion trop élaboré ou trop compliquer pour « son peuple » (l.24) qui bien que « vieux » (l.36) est comparé a « unenfant » ligne 36. De plus ce discours argumentatif portait sur un sujet bien trop sérieux lequel est celui de la politique : (« courut à la tribune » l.3) et immodérément dangereux :(«voyant sa patrie en danger » l.2 et « et du péril qui les menace » l.25) lequel est celui de la guerre contre « Phillipe » (l.27) de Macédoine pour un peuple sans fondements ni valeurs et manquant de sérieux : («...
tracking img