Le président de la république sous la troisième république

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1321 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Président de la République sous la 3ème République.

Introduction:

La 3ème République verra le jour suite a la défaite lors du conflit Franco-Prussien de 1870, elle chutera à cause de la défaite de 1940. Le 4 septembre 1870, la troisième République est proclamée, elle est censée être une solution provisoire en attendant le rétablissement de la monarchie, mais l'intransigeance du Comte deChambord, petit-fils de Charles X, fera échouer la tentative et le 30 janvier 1875, sur une voix de majorité la République est confirmée, elle va apporter des progrès sociaux incontestables. Mais elle connaîtra aussi des heures sombres comme, bien que la république soit victorieuse elle disparaîtra avec Pétain et l'État français en 1940. D'après l'article 2 de la loi constitutionnelle du 25février 1875, la Président de la République est élu à la majorité absolue par le Sénat et la Chambre des députés réunis en Assemblée nationale. Ne souhaitant pas voire le césarisme réinstauré, ils préférèrent un mode de désignation qui, s'il favorise un certain effacement du chef de l'État, évite que les suffrages populaires ne donne tous les pouvoirs à un homme tenté d'en abuser.
Quels seront le rôleet les pouvoirs du Président de la Républiqye sous la 3ème République?
Le Président de la République sous la 3ème République était doté de pouvoirs importants, cependant, il se laissa dominer par les pouvoirs des chambres.

I) le rôle du président.

Conformément au principe traditionnel du parlementarisme, les lois de 1875 établissent la dualité du l'exécutif: Président de la république etcabinet ministériel. Le Président de la République est l'élément stable de l'exécutif, sa fonction ne fut pas réellement créée par la loi constitutionnelle, puisque celle-ci n,e fit que consolider une situation déjà existante depuis la loi du 31 Août 1871, dite Constitution Rivet.
Le Président avait de larges attributions, mais les relations au sein du même pouvoir exécutif sont de plus en pluscompliquées.

A. Les attributions du Président de la République.

Le Président de la République a de larges attributions: il a le droit de convoquer et d'ajourner les chambres, de leur adresser des messages, de dissoudre la Chambre des députés. Il a également l'initiative des lois, le pouvoir règlementaire, le droit d'exiger une nouvelle délibération, le commandement de la force armée. Ilreprésente la France à l'intérieur et à l'extérieur du pays, il envoi et réceptionne les ambassadeurs, il négocie et ratifie les traités, et enfin, il à le droit de grâce.
Le chef de l'État est le chef de l'exécutif..
Les grandes lignes de l’organisation constitutionnelle de 1875 prévoient un président de la République doté de pouvoirs importants, il peut surtout dissoudre la Chambre des députés. RenéRémond a dit que le président était "un monarque sans l’hérédité". Il y a également deux Chambres : le Sénat et la Chambre des députés. Les ministres se réunissent sous la présidence du président de la République ou sous la présidence du Conseil des ministres.

B. Le pouvoir exécutif.

Sous cette république, l'on retrouve la notion de séparation des pouvoirs élaborée par Montesquieu quidistingue trois autorités : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Le pouvoir exécutif a pour rôle de veiller à l’application des lois. C’est également l’organe qui conçoit et dirige la politique de la nation. Sous la IIIème République, le pouvoir exécutif bicéphale est partagé entre le cabinet, présidé par le président du conseil, et le président de la République. Le domainelégislatif est détenu quant à lui par le Sénat et la Chambre des députés qui concentrent entre leurs mains la plus grande partie du pouvoir, la IIIe République étant un régime parlementaire. En effet, sous la IIIe République, le pouvoir exécutif est faible et contrôlé par un pouvoir législatif puissant, conformément aux idéaux de 1789.
Les présidents de la 3ème République ont préféré jouer...