Le prince machiavel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2908 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche de lecture : le Prince
Edition utilisée : GF Flammarion publié en 1992,113p.
Le Prince a été écrit par Nicolas Machiavel environ en 1513. Edité pour la première fois en 1532 par Blado à Rome, il est réédité la même année à Florence par Guinta. Ce dernier fait état de gens qui ne cessent de déchirer âprement cet ouvrage et les passages concernant les procédés d’extermination de la familled’un prince détrôné (ch III) ou les scélératesses (ch VIII) font scandale. Il choque en somme par la vision que Machiavel donne de la politique, ce qu’on qualifiera plus tard de « réalisme ». En effet contrairement aux autres œuvres écrites jusque là Machiavel dit vouloir se conformer à « la vérité effective des choses et non aux imaginations qu’on s’en fait ». Cet ouvrage connaîtra néanmoins unvif succès comme en attestent les rééditions successives dont il a fait l’objet (1535, 1537,1540 toujours en Italie). Machiavel se heurte de plein fouet à l’Eglise qui ne tolère pas les propos de Machiavel notamment lorsqu’il traite des monarchies ecclésiastiques (ch XI). Le cardinal Pole n’hésite pas à qualifier l’auteur du Prince de « démoniaque ». Face aux pressions de l’Eglise le Prince n’estpas réédité de 1554 au XVIIIe siècle en Italie. Toutefois l’ouvrage ne cesse pas d’être débattu puisque Rousseau ou Spinoza par exemple voient le Prince comme un formidable instrument pour se prémunir contre la tyrannie alors que d’autres comme Fréderic II de Prusse ou les moralistes le voient comme une incitation au mal. Néanmoins l’ouvrage fait date et Machiavel est sans cesse dénigré ou admiré.D’ailleurs bien qu’il soit critiqué, on s’en inspire. Voltaire, dans une correspondance épistolaire avec un ami anglais, parle « de son bon ami roi de Pusse [Fréderic II], qui écrivit si bien contre Machiavel et agit immédiatement comme les héros de Machiavel » faisant référence a l’Anti-Machiavel de Fréderic.
On ne peut lire le Prince sans savoir un minimum de choses sur son auteur et sur lapériode que traverse l’Italie et plus particulièrement la ville d’origine de Machiavel, Florence. Machiavel est le fils d’un homme de loi et né le 3 Mai 1469. De 1434 à 1494, les Médicis, puissante famille florentine, soumettent à leur volonté les institutions de la République de Florence. L’arrivée des Français en 1494 vint troubler la vie de la péninsule et notamment celle de Florence où, inspirépar le moine Savonarole, un soulèvement populaire chasse les Médicis. Pendant 3 ans et demi Savonarole instaure un régime extrêmement rigoureux dont la population se lasse. En 1498 le moine florentin est brulé et à la république théocratique succède une république laïque. Machiavel entre alors dans l’administration de la République. Eclate alors une révolte à Arezzo et dans les villes voisines deFlorence. On se résout à reformer le système et Sorderini est nommé gondolfier à vie, fonction somme toute assez proche de celle qu’occupe le doge à Venise. Machiavel devient son homme de confiance et plus proche conseiller. Il contribue par exemple à mettre fin aux rébellions des villes voisines qui durèrent 15 ans. En 1512 les Espagnols sont aux portes de Florence et les Médicis reprennent lepouvoir. Ils ne pardonnent pas à Machiavel d’avoir été l’homme lige de Sorderini si bien qu’il est exclu de l’administration. En 1513, soupçonné de complot, il est mis en prison et torturé pour être finalement relaxé la même année faute de preuve. Il va alors avec femme et enfants se réfugier au sud de Florence. Il essaie en vain de rentrer dans l’administration et se met à écrire les œuvres quiferont sa gloire dont le Prince et les Discours.
Ancien haut fonctionnaire d’une République qui a échoué, Machiavel va étudier une République qui a réussi de façon éclatante : Rome. Néanmoins il ne traite pas des républiques dans son ouvrage car guidé par l’idée que l’Italie doit être unifiée à tout prix, il ne conçoit cette unification que sous la houlette d’un monarque. En effet, l’Espagne...
tracking img