Le procès de socrate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1862 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Julien Gaure

Le Procès de Socrate

En 399 avant J-C, a lieu à Athènes, le procès du célèbre philosophe Socrate ; qui à l'issue duquel sera mis à mort. Pour comprendre les raisons de ce procès il faut s'interroger sur les conditions dans lesquelles a lieu ce procès. Durant le Vème siècle, Athènes était la cité la plus puissante du monde hellénistique. Elle a obtenu de nombreuses victoiresface à l'Empire perse ; a formé la ligue de Délos en 478. Puis en a transféré le trésor à Athènes, le faisant siens. Mais en 431 éclate la guerre du Péloponnèse, qui se finira par la défaite d'Athènes ; où est installé le régime des Trente qui met fin à la démocratie athénienne ; en 404, un régime oligarchique est mis en place avec à sa tête trente magistrats. Ce régime durera moins d'un an et on aensuite un retour à la démocratie.
C'est donc dans ce contexte, politiquement instable qu'a lieu le procès de Socrate.
Cependant, quelles en sont les causes ? Que reproche-t-on à Socrate ?
Dans une première partie, nous verrons les accusateurs de Socrate, et les charges retenues contre lui. Puis dans une seconde partie, il sera question du procès et de la mort de Socrate. Puis dans une dernièrepartie, nous nous intéresserons à la postériorité de la figure de Socrate et de son procès.

I. Les accusateurs et les charges

A. Les accusateurs

Socrate est accusé par trois de ses contemporains auprès de l'archonte-roi, le magistrat qui était en charge de toutes les affaires de caractère religieux. Il s'agit de Mélétos, Anyos et Lycon ; cependant il semblerait que ce soit Mélétos seulqui déposa la plainte.
Mélétos est le fils d'un poète tragique ayant composé une tétralogie sur l'histoire d'Œdipe, Mélétos, se voulait lui aussi poète. Durant le procès il semble être un jeune homme. D'après les Apologies de Platon et de Xénophon, il serait un interlocuteur médiocre ayant du mal à répondre au question de Socrate.
Lycon quant à lui est un orateur faisant parti du cercle d'amisd'Anyos.

B. Anytos

Anytos est le troisième des accusateurs de Socrate, mais il semble qu'il soit le plus important des trois et celui au centre du procès.
Anytos est un homme politique riche est influant. Il se fait connaître après la guerre du Péloponnèse où il s'exile pour fuir les Trente, et au lendemain de la restauration, il apparaît comme un des acteurs de cette restauration.
Anytosa bâti sa richesse sur l'atelier de tannerie qu'il possède et dont il tire ses revenus.
Les liens qu'entretiens Anytos avec les autres accusateurs, et son rôle important dans la cité, montrent que sous couvert d'un procès d'impiété, le procès contre Socrate et en fait un procès politique ; d'où les charges retenues contre lui.

C. Les charges

Deux chefs d'accusation sont retenus contreSocrate ; on l'accuse de pervertir la jeunesse et de croire en des divinités qui ne sont pas celles de la cité.
En tant qu'ami et « maitre » d'Alcibiade, de Charmide et de Critias. Il pouvait en effet être désigné comme un mauvais conseillé car ces trois disciples ont porté atteinte à la démocratie athénienne. De plus d'après Xénophon, Socrate aurait tenté de détourner le fils d'Anytos du métier detanneur.
Pour la question, de l'intégration de nouvelles divinités, il est vrai que Socrate se ventait d'entendre un daïmon, qui agirait un peu comme sa propre conscience qui lui dirait ce qu'il ne doit pas faire.

II. Le procés et la mort de Socrate

A. La réfutations des charges

Socrate réfute chacune des deux griefs qui lui sont reprochés par la raison et en mettant Mélétos (sonaccusateur) face à ses propres contradictions. Cependant ces réfutations sont présentes à travers les dialogues entre Mélénos est Socrate dans l'œuvre L'apologie de Socrate par Platon, or il existe de fort doute quant à l'existence de tels dialogues au cour du procès. Mais, la façon dont Socrate argumente dans ces dialogues rapportés sont cohérent avec la pensé de Socrate telle qu'on la connait. Et on...