Le processus social de construction de l'acte électoral

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2424 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
: Le processus social de construction de l’acte électoral

En démocratie, les dirigeants ne sont pas « élus » mais « se font élire ». Ce constat, formulé par Moisei Ostrogorski dès la fin du XIXe siècle, invite à considérer le vote moins comme le résultat de l’intérêt spontané des individus pour la politique que comme le produit d’un travail d’enrôlement des citoyens par lesprofessionnels de la politique (Ostrogorski, 1903). La sociologie de l’opération électorale implique l’évolution des pratiques administratives, des règles juridiques et des dispositifs matériels relatifs à l’organisation du scrutin dans une conjoncture politique à chaque fois différente. Le vote comprend toutes les actions, inscrites dans un espace social donné, ayant pour finalité l’élection, et peutêtre défini comme une politique électorale. « Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique ». Telle est la phrase inscrite sur la carte d’électeur que tous les citoyens sont censés posséder.
Il est intéressant de s’interroger sur le processus social de construction de l’acte électoral, les documents que nous avons à traiter sont de nature diverse, le document 1 est un extrait de la définitionde l’acte électoral issu du dictionnaire du vote écrit par Yves Deloye qui est professeur de science politique à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il occupe les fonctions de secrétaire général de l'Association française de science politique depuis 2003 et de directeur de la rédaction de la Revue française de science politique depuis 2009.C'est un spécialiste de sociologie historique dupolitique et de sociologie de l'acte de vote. Il a enseigné à l'Institut d'études politiques de Strasbourg et à l'Institut d'études politiques de Paris. Le document 2 est un extrait de Souvenir écrit par Alexis-Henri-Charles Clérel, vicomte de Tocqueville, issu d’une famille légitimiste de la noblesse normande, né à Paris le 29 juillet 1805 et mort à Cannes le 16 avril 1859,il fut un penseurpolitique, historien et écrivain français. Il est célèbre pour ses analyses de la Révolution française, de la démocratie américaine et de l'évolution des démocraties occidentales en général. Il fit une brève carrière dans la politique, il fut député sous Louis-Philippe puis après l'abdication du roi en février 1848, Tocqueville participe à la commission qui rédige la Constitution de la IIe République. Le 2juin 1849, il devient ministre des Affaires étrangères du gouvernement provisoire et doit immédiatement s'occuper de l'intervention des troupes françaises à Rome, dans le but de protéger le pape contre les assauts des nationalistes italiens. Il quitte le ministère dès le 31 octobre suivant, son recueil Souvenirs apporte un éclairage intéressant sur cette période troublée. Le document 3 est unextrait d’un article publié en 1988 et issu de la revue Actes de la recherche en sciences sociales qui a été fondée en 1975 par Pierre Bourdieu, elle accueille la production d'un vaste réseau international de chercheurs de sciences humaines et sociales. L’extrait est lui-même extrait du secret de l’isoloir écrit par Alain Garrigou né le 10 juin 1949, c’ est un universitaire français, agrégéd'histoire et docteur en science politique. Professeur en science politique à l'université Paris X - Nanterre, il écrit également dans Le Monde diplomatique. Il fait partie des chercheurs français critiques à l'égard des usages politiques des sondages d'opinion. A la lecture de ces trois documents, on peut s’interroger sur la dimension sociale de la pratique électorale, Après l’examen de la mise enscène particulière de la construction de l’acte électoral (I) nous examinerons l’ambigüité sociale de la pratique électorale (II)

I. La mise en scène sociale particulière de la construction de l’acte électoral

En pénétrant dans l’espace électoral, l’électeur doit prendre connaissance et conscience de ce qui le rapproche des autres citoyens : son appartenance commune à une communauté nationale...
tracking img