Le proche orient

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2776 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les systèmes politiques du Moyen-Orient sont considérés comme des exemples de gouvernement arbitraire. La gouvernance dans les sociétés moyen-orientales, contrairement à l’État de droit, est considérée comme s’exerçant dans le cadre d’un pouvoir absolu et selon le caprice personnel. Montesquieu affirmait que le résultat n’était pas seulement malheureux pour les sujets, mais fâcheux pour l’Étatlui-même :
"Dans les États où il n’y a point de lois fondamentales, la succession à l’empire ne saurait être fixe. La couronne y est élective par le prince, dans sa famille, ou hors de sa famille. En vain serait-il établi que l’aîné succéderait ; le prince en pourrait toujours choisir un autre. Le successeur est déclaré par le prince lui-même, ou par ses ministres, ou par une guerre civile. Ainsicet État a une raison de dissolution de plus qu’une monarchie.
Chaque prince de la famille royale ayant une égale capacité pour être élu, il arrive que celui qui monte sur le trône fait d’abord étrangler ses frères, comme en Turquie ; ou les fait aveugler, comme en Perse ; ou les rend fous, comme chez le Mogol, chaque vacance de trône est suivie d’une affreuse guerre civile".
Adam Przeworski,par exemple, distingue entre gouvernement arbitraire et gouvernement démocratique, non pas en termes de souveraineté populaire mais en termes d’incertitude institutionnalisée des résultats politiques. Il écrit :
"Le moment crucial, dans tout passage de l’autoritarisme à la démocratie, n’est pas forcément le retour de l’armée dans les casernes, ou l’ouverture du Parlement élu, mais le passage duseuil au-delà duquel personne ne peut plus intervenir pour renverser les résultats du processus démocratique formel".
L’alternative de Przeworski à la démocratie – l’autoritarisme – est, elle aussi, définie explicitement en termes de procédure : l’autoritarisme existe s’il y a " un appareil de pouvoir susceptible de renverser les résultats du processus politique institutionnalisé".
C'est ou àfait le cas du monde Arabe. On à toujours entendu, par exemple, de l'élection du président égyptien et du président syrien à 99% des voix du peuple. L'autoritarisme dans les pays arabes est capable de renverser le sort des élections et de jouer avec les résultats à sa guise ! L'une des causes de la révolution égyptienne qui a renversé le régime fut les élections parlementaires qui ont résulté del'arrivée au pouvoir d'une majorité du parti politique gouvernant. Les résultats ne reflétaient surement pas l'avis populaire mais bien au contraire celui de l'autoritarisme du régime qui a renversé les résultats.
Les régimes monarchiques dans le monde arabe inscrivent souvent les procédures de succession dans les textes constitutionnels. C’est particulièrement vrai pour les pays qui ne sont passimplement gouvernés par des monarques seuls, mais par des familles régnantes (comme les États de la Péninsule arabique, à l’exception du Yémen). Les souverains qui usent d’un tel dispositif ont en général deux objectifs. D’abord, la succession constitutionnelle limite généralement les luttes et les discordes au sein de la famille royale. Ensuite, les constitutions arabes concentrent en générall’autorité sur le processus de succession entre les mains du souverain régnant. L’observation des procédures de succession dans les monarchies du Golfe confirme cette analyse.
Étrangement, les systèmes politiques les plus profondément fondés sur les formes politiques occidentales – les républiques arabes – ont des procédures constitutionnelles de succession moins développées. En Syrie, en 2000, laConstitution fut taillée sur mesure pour la succession (plutôt que l’inverse) et uniquement après la mort du président. En Irak, aucune succession constitutionnelle ne s’est produite depuis presque un demi-siècle ; en Égypte et dans l’Autorité palestinienne, les actuels gouvernants ont fait preuve d’une profonde méfiance envers les mécanismes constitutionnels. Et même lorsque ceux-ci sont...
tracking img