Le progrès est-il nécessaire ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2145 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le progrès est-il nécessaire ?
Commentaire du texte de Merleau-Ponty

Ce texte paraît en 1951, période pendant laquelle le parti communiste était le premier parti de France. Pour les communistes, le progrès était nécessaire. La lutte des classes aboutirait à l'égalité entre les hommes et à une sorte de perfection. Le progrès était dans l'ordre des choses, on ne pouvait pas douter qu'il auraiteffectivement lieu. Dans son texte, Merleau-Ponty discute d'une certaine manière l'idéologie simpliste qui voudrait que les choses soient inscrites à l'avance, et de cette façon prévisibles. Pour lui, l'humanité n'est pas inéluctablement destinée à progresser. Tout peut être remis en cause à n'importe quel moment.

Le progrès est-il nécessaire ? Non, répond Merleau-Ponty dans le texte que nousallons étudier. L'humanité peut stagner ou même régresser.
Pourquoi cette ascension vers le progrès n'est-elle pas inéluctable ? Merleau-Ponty répond que contrairement aux animaux, les hommes ont en commun une certaine intelligence, une capacité à intégrer une culture faisant que "tout est possible de la part de l'homme et jusqu'à la fin". L'homme serait donc capable du pire comme du meilleur.L'homme, privé "d'équipement originel" pourrait être le lieu d'un miracle ou celui d'une catastrophe inévitable. Le progrès serait donc une possibilité plutôt qu'une nécessité.
Quelles seraient alors les conditions de cette évolution ? La vie d'un homme serait formée d'une succession de hasards, de situations aléatoires, auxquels il pourrait répondre de manière extrêmement variée. Celaprésuppose, l'existence d'une liberté d'action. Le progrès dépendrait alors du choix des hommes qui se saisissent des opportunités ou les laissent passer. Rien ne serait alors déterminé à l'avance.

Le progrès est-il inéluctable ? L'homme est-il enclin au progrès ? Pourquoi cette évolution positive de l'homme est-elle incertaine ? L'homme subit-il sa vie déjà tracée, son évolution, ou dispose-t-ild'un libre arbitre ?
Notre explication suivra la même structure que le texte. Nous verrons d'abord en quoi le progrès est incertain. Nous trouverons par la suite les causes de cette incertitude avant de nous interroger sur les conditions d'une progression de l'humanité.

Le progrès est censé traduire une amélioration, un développement des connaissances, des capacités de l'humanité. PourMerleau-Ponty, ce progrès ne serait pas nécessaire d'une nécessité métaphysique, dans l'absolu, c'est à dire que la civilisation, se dirigerait vers une amélioration de ses techniques, de ses connaissances, mais pas vers un progrès en soi.

Un homme au cours de sa vie, évolue, acquiert une culture, c'est à dire des normes et des valeurs. Il progresse également grâce à l'expérience. C'est à dire qu'ilva intégrer certaines situations et être capable de réagir de façon appropriée face à elles. Il bénéficie également de l'expérience de ses prédécesseurs.
Merleau-Ponty, espère que"l'expérience finira par éliminer les fausses solutions", et de là conduira à une amélioration. Mais ce processus peut prendre beaucoup de temps, et peut échouer. C'est à dire que l'humanité peut stagner, voir régresser.Merleau-Ponty compare l'humanité à une phrase. Ce mot est compris par tous quel que soit le contexte culturel, car les phrases sont la base du langage. Cette comparaison permet de mieux comprendre, le caractère fragile du progrès. On peut facilement s'imaginer que l'humanité se mette en route, se déroule et soit victime d'une hésitation ou des circonstances et aille s'échouer on ne sait où.La vision de Merleau-Ponty est novatrice. A cette période, on croyait massivement que le progrès allait de soi. Il ne pouvait qu'être. L'humanité avec ses découvertes notamment scientifiques, progressait à grands pas. On n'imaginait pas que cette progression puisse avoir une fin, ni même se ralentir. Merleau-Ponty critique quelque part la simplicité de certaines réponses toutes faites et les...