Le programme d'ajustement structurel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 65 (16057 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre I

Evolution du potentiel humain Population, Mutations sociales et Dynamique culturelle

RDH50

Chapitre 1

1

1. DETOUR D’HISTOIRE ET DE GEOGRAPHIE HUMAINE
Il est courant de présenter le Maroc (Al Maghrib Al Aqsa) comme un pays aux mille contrastes, s’efforçant de combiner l’attachement à une identité séculaire aux multiples confluents et une détermination à s’inscrire dansla modernité et à prendre sa pleine place dans le monde contemporain. Le Maroc est, en effet, un pays dont la géographie a été tantôt une source d’intérêt, d’attrait ou de convoitises, tantôt un facteur de difficulté ou d’isolement. Son histoire, lointaine ou récente et qui ne fut pas un long fleuve tranquille, a été marquée par des périodes diverses d’expansion et de faiblesse, d’ouverture et derepli, mais aussi par des mouvements humains, culturels et matériels qui ont façonné le peuplement du pays et forgé son socle identitaire. Sans s’appesantir sur l’histoire lointaine du pays, il importe de retenir, de prime abord, que la nation et l’Etat au Maroc ne sont pas une pure création post-coloniale. L’Etatnation marocain prend racine, au sein de frontières certes fluctuantes, bien avant lapériode coloniale qui n’a duré, par ailleurs, que moins d’un demi-siècle. Conjuguée aux facteurs religieux et ethniques qui ont assuré, à des degrés variables dans le temps et dans l’espace, l’unité de la nation et le contrôle de l’espace, la continuité dynastique a pu maintenir la profondeur historique de l’Empire Chérifien et nourrir la personnalité d’un Maroc qui cultive sa différence et quis’est soustrait au Califat de l’Orient, puis à l’Empire Ottoman. La constance dans les formes de légitimité de l’Etat (« Bay’a », « Imarat Al Mouminine », …) et la flexibilité de ses rapports avec les pouvoirs locaux tribaux, surtout en périodes de crise, ont constitué deux mécanismes importants de la genèse et de la consolidation historique de l’Etat/Nation au Maroc. Le peuplement du Maroc rendcompte de cette forte personnalité, réelle ou cultivée, et montre que le pays peut bien se prévaloir d’être une grande civilisation, qui a su entretenir une continuité tant de son organisation politique que de ses traits culturels et de ses traditions sociales : en témoignent la richesse et la vivacité de son patrimoine architectural, vestimentaire, culinaire, artistique, artisanal, etc. Un autredéterminant de cette personnalité, qui fonde aujourd’hui encore le sentiment d’appartenance nationale, a été la capacité du Maroc à préserver un pluralisme, même symbolique à certaines époques, se traduisant par la cohabitation séculaire de composantes diverses et d’origines multiples. Pays carrefour, appartenant au monde méditerranéen, enraciné au Sahara et en Afrique, sensible à l’Orient ets’impliquant Outre-atlantique, le Maroc a connu des flux et des reflux importants de populations, d’origines diverses, qui ont connu un brassage singulier dont les débuts remontent à plusieurs milliers d’années. La terre et le peuple marocains ayant ainsi été, de tout temps, à la rencontre de mondes multiples et changeants qui les ont entourés. Le pays représente ainsi un véritable creuset de civilisationsrichement variées.

RDH50

Chapitre 1

2

Le Maroc : une sédimentation historique, lointaine et féconde
A partir du Néolithique, on note l’existence d’une civilisation amazighe (berbère) qui date d’au moins 5000 ans. Les Imazighens (littéralement hommes libres) constituent la population la plus ancienne du Maroc. A ces amazighs sont venus s’ajouter, puis se fondre, des apports orientaux,européens et africains. Au gré de l’histoire, en effet, la terre marocaine a été fréquentée et même partiellement occupée par les phéniciens, les carthaginois et les romains. Ces trois civilisations méditerranéennes antiques ont laissé des traces d’organisations urbaines brillantes (Tingis, Lixus, Sala, volubilis et bien d’autres). Les Vandales et les Byzantins n’ont fait que transiter un...
tracking img