Le rationnalisme au 19e siecle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3496 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
Le XIXe siècle semble nous offrir l’occasion d’une étude approfondie du terme de rationalisme. Celui-ci en reconnaissant la suprématie de la raison et de l’esprit critique comme seules sources possibles de toute connaissance réelle, alimente via ses principes toutes les évolutions qui ont lieu au cours de ce siècle.
L’idée de la mobilité incessante, un autre trait du rationalisme,parcourt tout le XIXe siècle en trouvant sa propre expression à la succession des régimes politiques, des révolutions, des coups d’Etat, des courants littéraires. Au centre de toute pratique, c’est la liberté et l’indépendance individuelle et du groupe social qui sont mises en priorité contre les idées reçues du passé. Ainsi, ce siècle apparait profondément bouleversé par des événements auxdomaines économique, social et politique tout en annonçant le passage à une nouvelle societé. Plus précisement, on se trouve face aux changements radicaux dans l’organisation de la societé touchant toutes les expressions de la vie en societé, c’est-à-dire de l’organisation juridique, politique, éducative jusqu'à l’apparition d’une nouvelle classe sociale, celle des ouvriers.
Dans cette étude, on vatenter de mettre au jour les raisons qui ont conduit à la naissance des trois régimes politiques de l’époque (Libéralisme, Démocratie, Socialisme), les changements qu’ils ont apportés en ce qui concerne l’amélioration de la condition humaine et, enfin, la Révolution Industrielle étroitement liée à la nouvelle classe sociale des ouvriers. Ainsi, notre approche ne va pas être centralisée aux troiscourants littéraires (Romantisme, Réalisme, Symbolisme) qui ont donné naissance à trois écoles, à trois conceptions de l’art, mais on va suivre une approche plutôt sociologique.

Pour conclure cette introduction, on doit tenir toujours en compte que tous les trois régimes politiques, mentionnés au-dessus, ont comme point commun d’être dirigés contre l’ordre établi : Ancien Régime pour leLibéralisme, Libéralisme pour la Démocratie et Révolution Industrielle pour le Socialisme.
LE LIBERALISME
Avant de passer examiner les conséquences de l’application du Libéralisme au groupe social, on doit faire un examen court sur les principes essentiels de ce système.
Contrairement à l’ère actuelle, le Libéralisme au 19e siècle ne se limite pas à une philosophie économique, mais il présente uncaractère plus global, en influençant tous les aspects de la vie sociale ainsi qu’en inspirant des sentiments nobles et les vertus les plus hautes. Plus précisément, il devient une philosophie sociale, individualiste car elle place au centre de tous la raison de l’individu. C’est- à -dire que l’esprit doit chercher lui-même la vérité, libéré du respect aveugle du passé et des préjugés. Par conséquent, leLibéralisme s’oppose avec force à l’absolutisme de l’Ancien Régime et aux dogmes imposés par l’Eglise.
En même temps, il supporte la vertu du dialogue à travers la confrontation des points de vues, c’est pourquoi au niveau politique, il insère presque immédiatement le parlementarisme. Mais, son intervention ne se limite pas seulement à ce point. Sa cible essentielle reste toujours de réduiretout pouvoir absolu, la monarchie absolue, en appliquant le principe de la séparation des pouvoirs. De plus, l’Etat, selon la philosophie du Libéralisme, doit être restreint au rôle d’un gendarme en laissant jouer librement l’initiative privée ou collective ainsi que la concurrence.
A ce niveau, au début du 19e siècle le Libéralisme devient une force révolutionnaire en prônant une sociétécaractérisée par la liberté de pensée des individus et par le droit à la propriété.
Malgré tous ses principes novateurs à l’époque, il est significatif que le Libéralisme dans son application devienne la doctrine qui sert le mieux les intérêts d’une certaine classe, celle de la bourgeoisie. Celle-ci, à travers ce système, réussit à se protéger par un retour possible de l’aristocratie et par la montée...
tracking img