le realisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (277 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 janvier 2015
Lire le document complet
Aperçu du document
Le réalisme
et l’image
Gustave Courbet s’impose, dans
les années 1850, comme le chef
de file du mouvement réaliste en
peinture. Il réunit autour de lui
Honoré Daumier, Jean-FrançoisMillet et tous ceux pour qui la
peinture « ne peut consister que
dans la représentation des choses
réelles et existantes ». Désormais,
la vie quotidienne est promue au
rang dessujets dignes d’intérêt.
Dès son invention, la photographie
veut représenter un témoignage
instantané de la réalité d’une
époque. Félix Nadar au XIXe siècle,
Robert Doisneau au XXe fontdu
témoignage photographique un
moyen de comprendre et de
questionner le monde.
L’influence du réalisme se retrouve
dans le cinéma français, avec des
metteurs en scène comme JeanRenoir ou Marcel Carné, mais
aussi dans le cinéma néoréaliste
italien avec Vittorio de Sica ou
Roberto Rossellini.

Après la peinture et la
littérature, on retrouve
au cinéma lavolonté de
représenter la réalité,
comme dans Le jour se lève…
de Marcel Carné, réalisé en
1939.

Gendarmes et ouvriers,
personnages familiers que s’attachent
à montrer dans leurs œuvres,Blazac,
Flaubert, Zola ou Maupassant.

Les grandes œuvres du réalisme
et du naturalisme
Littérature

Sculpture

– Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830.
– Balzac, La Comédiehumaine, 1842-1848.
– Flaubert, Madame Bovary, 1857.
– Les frères Goncourt, Germinie Lacerteux, 1865.
– Zola, Les Rougon-Macquart, 1871-1893.
– Maupassant, Une vie, 1883.

Auguste Rodin,Les Bourgeois de Calais, 1884.

Peinture

Chanson
Aristide Bruant, Dans la rue, 1889-1909.

Cinéma
– Marcel Carné, Hôtel du Nord, 1938.
– Vittorio de Sica, Le Voleur debicyclette, 1948.

– Gustave Courbet, Enterrement à Ornans, 1849.
– Jean-François Millet, L’Angélus, 1859.
– Edgar Degas, Après le bain,1898.

1850 -1900 La marche vers le progrès 387