Le regard des autres: rome / gaule

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LES GAULOIS VUS PAR LES ROMAINS

Intro : auteur, nature/analyse, date/contexte, plan/problématique
Marius Tullius Cicéron fut un homme politique, avocat, théoricien et philosophe connu pour ses plaidoiries et son éloquence. Né en 106 avant J.C., il fut éduqué par des orateurs et a étudié le droit. Il fut proche de Pompée et effectua plusieurs voyages en Asie Mineure. Il meurt assassiné en 43sur ordre de Marc-Antoine, étant donné les discordes qui lui inspireront les Philippiques.
Ce document est l’extrait d’une plaidoirie latine proclamée publiquement par Cicéron vers 69, alors édile (magistrat chargé de la juridiction civile et de l’ordre public). Il était alors chargé de défendre le quêteur romain Fonteius d’où le titre du document Pro Fonteius. Dans la majeure partie de ce texte,il conteste la crédibilité des témoignages gaulois. Dans cet extrait-ci, il prend pour exemple leur irrespect des Dieux (sur qui se font les serments), appuyés pour cela, par la mention de faits militaires qui ont ravagé des sanctuaires.
Retour en arrière pour comprendre la situation : la colonie de Narbonne est crée en 118 et fut le théâtre d’une insurrection générale lors du départ de Pompéepour une campagne militaire en Espagne en 80. A son retour, il rétablira la situation et laissera à Fonteius le soin de réduire les poches de résistance. Cet homme officiera par la suite comme triumvir (superintendant de la monnaie) puis questeur de 75 à 73. Mais en 70, plusieurs plaintes à son encontre pour des cas de corruption le mettent aux prises avec la justice.
Plan /problématique : cedocument nous permet de voir le regard romain porté sur la civilisation gauloise. Pour cela, nous allons voir comment sont estimés les gaulois au niveau militaire dans une première partie, et au niveau religieux dans une seconde partie, tout à relativisant les affirmations de l’auteur.

« ces peuples » (l. 1) : évocation dans Pro Fonteius des allobroges (Dauphiné et Savoie ; contrôle du traficfluvial sur le Rhône à partir du lac léman ; peuple nomade soumis en 121. Mentionné dès 232 par Polybe. Les Avécomiques menés par Indutiomarus accusent en 69 Fonteius de corruption - gouverneur de la gaule cisalpine nommé par Pompée - qui sera acquitté. Même genre d’affaire en 63-62, appuyé par César) et des volques (peuple installés d’Orange à Toulouse).

« souillent leurs autels et leurs temples devictimes humaines » (l. 16-17) ; « coutume monstrueuse et barbare d’immoler des hommes » (l. 19-20) : Lucain Pharphale mentionnera des sacrifices humains pour Teutatès (Mercure ?) par la noyade, pour Esus (Mars ?) par la pendaison et l’écartèlement et pour Tanaris (Jupiter ?) l’immolation dans un mannequin en bois (comme le mentionnera plus tard César). Sacrifice = sorte d’échange avec ladivinité. Prolongement de rîtes qui étaient d’usage aussi en Italie et Grèce. Tacite parle d’une forêt rasée par les romains après une victoire sur les habitants de l’île de Mona/Anglesey car on y faisait des sacrifices dont le sang recouvrait l’autel et où les entrailles étaient interprétées par les druides. Cicéron mentionnera dans un autre ouvrage (lequel ?) que la divination était effectuée à partir duvol des oiseaux.

« ce Jupiter dont nos ancêtres ont voulu que le nom serve à enchaîner la foi du serment » (l. 12-13) : Jupiter : dieu des serments : sanctionne par un coup de tonnerre, le garant et le vengeur lorsqu’ils sont bafoués. Dit aussi Iupiter lapis, par rapport à la pierre tenue durant le serment.

« jusqu’à Delphes et à Apollon Pythien pour profaner et piller l’oracle universeldes hommes » (l. 9-10) : Apollon : dieu archégète (chef et origine d’une comité), sanctuaires oraculaires (Delphes).

« eux ont fait la guerre aux immortels même » (l. 8-9) : les premiers dieux, soit un peuple ancien ! On rencontré Hannibal vers 218.

« le Capitole a été assiégé » (l. 12) : expédition d’un peuple Sénon dirigé par Brennos contre Rome en 386 avant J.C. Avancée jusqu’à Rome...
tracking img