Le retour du don

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1832 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Serge Latouche, L’autre Afrique, entre don et marché, Paris, Albin Michel, 1998 p 47 à 67.

____________________________________________________________

_______________

Question 1

Résumé des pages 56 à 65 : le retour du don

Dans cet ouvrage de Serge Latouche, l’"autre Afrique" s'oppose à l'Afrique "officielle", celle issue des indépendances, l'Afrique du développement. Le don et leséchanges non marchands sont des pratiques propres à l’Afrique et assez diversifiées, l’auteur souligne les apports de la pratique du don et propose de réfléchir à son articulation avec le marché. La pratique du don, fondée sur la réciprocité, limite les effets des rapports marchands et assure une solidarité contre l’exclusion.
L’auteur étudie une société étrangère, dite « archaïque », laMauritanie, où le don fait partie intégrante de leur mode de vie tant au niveau religieux que culturel. En la comparant vaguement à une société plus moderne, il se rend compte que les rituels de politesse, les présents, les bouquets de fleurs ne sont pas plus différentes que leurs coutumes.

Il développe la notion de don sous 5 aspects :

- Don et corruption : Corruption et mafia empruntentbeaucoup a la logique du don. Dans la sphère du don, l’amitié, ou du moins le lien social, précède l’échange et constitue sa raison d’être, alors que l’inverse prévaut dans la corruption. Il s’agit d’un marché clandestin où tout à un prix mais il ne pourrait fonctionner sans la famille, cellule primaire de la société.

- L’omniprésence du don : Marcel Mauss et Lewis Hyde ont montré que la logique dudon et le don étaient toujours présents dans les sociétés occidentales. Par la suite, Alain Caillé a insisté sur le fait que tout le rez de chaussée de la socialité reposait sur le don. Le don se manifeste aujourd’hui par des bons sentiments, des participations, des cotisations aux OSI, des actions militantes,

- Le don et le regard de l’autre : la question de l’opacité du don : l’absence desrapports marchands dans les sociétés primitives dévoile dans une certaine mesure la logique du don. La logique marchande est expulsée de la sphère du don comme la logique du don se trouve éliminée de la sphère marchande.
De même, on constate un certain altruisme de la part des occidentaux, certains la qualifie de malsaine et perverse ou encore de charité cannibale. Les attentes sont tout de mêmeplus floues, plus incertaines qu’autrefois .

- La disjonction des domaines : en effet, on constate un cloisonnement complet entre la sphère économique et la sphère oblative. Le don et l’échange marchand ne peuvent être liés. Ce clivage fait partie des comportements à avoir entre ces deux sphères.

- L’artificialité de l’économie : on apprend là que l’on peut basculer vers telle ou tellesphère suivant nos humeurs, on parle alors d’autonomie des comportements intéressés renforcées par la rareté. Il s’agit donc de préjugés de l’usage. Celui-ci dresse des barrières entre les comportements et entre les pratiques et leurs résultats (exemple du choix du conjoint).
Le don est certes omniprésent, mais le triomphe de l’utilitarisme le menace fortement. D’un coté du monde on trouve des paysextrêmement riches et d’un autre d’autres meurent de faim. L’Afrique est certes le continent le plus peuplé au monde, mais il est le plus pauvre. Heureusement qu ces sociétés ont garder la pratique du don, et que certaines d’entre elles résistent encore au capitalisme et a la mondialisation.

Question 2

Vous commenterez les idées suivantes de S. Latouche :

a) Une société où les pratiquesde don, la dimension oblative sont répandues dans la vie quotidienne (comme c’est le cas de la société mauritanienne) est-elle nécessairement altruiste ? (4 points)


Dans une société « archaïque », telle que la société mauritanienne, l’autorité, la hiérarchie et le statut sont diffus, naturels. Le prestige est statutaire. On parle alors de communauté (gemeinschaft) : c’est un type de...
tracking img