Le rire et la folie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3288 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Petite introduction

1)A propos d’Hippocrate

Hippocrate, un medecin grec, est né environ 460 avant jesus christ.
Collection hippocratique

Democrite

2)A propos du texte

Il s’agit des huit lettres. L’un s’adresse à Hippocrate et les six autres sont supposées ecrites par Hippocrate. Ces textes forment un tout coherent et racontent l’histoire de la folie supposée de Democrite et deson entretien avec Hippocrate.
Ces lettres n’ont pas été rédigées par Hippocrate, car elles sont ecrites vers premiere siecle. Deja à la renaissance a été copris que ces lettres ne sont pas authentiques (archaisme, dates)
Le traducteur, Yves hersant nous conseille de les lire comme un roman.
Il s’ agit d’une traduction de yves hersant du grec ancient en francais. Le texte grec a été etabli parLettré en 1861…

3)Le texte

10 lettre par les abdéritains a hippocrate p38

Les abdéritains lui écrivent qu’un grand danger menace leur cité, en menaçant un de leurs, Démocrite. Sa grande sagesse a fait de lui un malade.
Ils décrivent la situation de Démocrite :
« oublieux de tout, et de lui-meme, il reste * éveillé nuit et jour, trouvant dans les grandes et les petites choses autant desujets d’hilarité, et estimant que la vie entière n’est rien …Démocrite rit de tout, voyant les uns tristes et chagrins, alors que d’autres se réjouissent…de plus, notre homme prend l’Hadès et ce qui s’y passe comme objets de ses recherches, dont il garde trace écrit ; il assure que l’air est plein de simulacres, il écoute la voix des oiseaux, il se relève souvent la nuit et semble chanter tout seulà mi-voix ; parfois, il prétend voyager dans l’infini, et qu’il y a d’innombrables Democrites semblables à lui ; et son teint n’est pas moins gâté que son jugement. »
Les abdéritains alors supplient Hippocrate de aller vite visiter leur ville et sauver Démocrite, et la ville entière. Ils lui disent que si il sauve Démocrite, il va avoir de la gloire, de l’argent et des connaissances.

11Lettre envoyé par Hippocrate au Sénat et au peuple des abdéritains

Hippocrate dit qu il a pris connaissance de leur lettre, et il a été étonné que « la cité est en émoi comme un seul etre humain pour un seul etre humain »

Il leur écrit qu il va se dépêcher à aller aux Abdére soigner la maladie de democrite. Mais Hippoocrate ecrit aussi qu’il n’est pas sur qu il s agit d une maladie et non d’unleurre qui aveugle le peuple des Abdéritains.

En échange de sa venue, il n accepte pas de l’argent. Un art libéral, comme la medecine, s’exerce liberament. (culture grec, serviteur a gages, p66)

Et il critique la cupidité humaine, qui la considère comme une maladie, plus penible que la folie.
(important pour la suite, le personnage du médecin fait sienne, peu à peu la philosophie de sonpatient.)

quant à lui, Hippocrate considere toutes les maladies de l’ame comme de folies virulentes ; qui produisent dans la raison certains jugements et certaines représentations (fantasia, fantome, vision com. 30) dont on se guérit par la catharsis ( purge) de la vertu.
(contradiction, remedes, bile noire)

12. lettre d’Hippocrate à Philopeomen

il le remercie pour l’hospitalité qui luioffre a Abdère
Il lui dit qu’il est optimiste pour la situation de Démocrite.
« Ce n’est pas de la folie, c’est une vigueur de l’âme poussée trop loin que Démocrite donne des signes manifestes. – lui qui n’a plus dans l’esprit ni enfants, ni femme, ni parents, ni fortune ni quoi que ce soit ; lui qui se replie jour et nuit sur lui-meme et vit en solitaire dans des cavernes, dans des déserts.
Ilarrive souvent aux melancoliques des choses de ce genre (συμβαινει έν ουν τα πολλα τοισι μελαγχολ-ωσι τα τοιαυτα) : ils sont parfois taciturnes, solitaires, epris de lieux isolés ; ils se detournent des hommes, ils regardent leur semblable comme un etranger ; mais il n’est pas rare non plus, chez eux qui se consacrent au savoir, que leur disposition à la sagesse les incite à oublier toute autre...
tracking img