Le roamn doit t'il fair oublier au lecteur que ses personnages sont fictifs ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (733 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un roman doit-il chercher à faire oublier au lecteur que ses personnages sont fictifs ?
Vous fonderez votre réflexion sur les textes du corpus, sur ceux que vous avez étudiés en classe et sur voslectures personnelles.

Remarques générales : on attendra un plan cohérent (en 2 ou 3 parties), la présence d’une introduction et d’une conclusion, des références au corpus et aux romans lus etétudiés dans l’année, une réflexion sur la construction de l’illusion référentielle.

Eléments de corrigé

Problématique de la dissertation : le romancier doit-il créer une illusion référentielle pourdonner au lecteur l’impression que les personnages sont réels et lui permettre de s’identifier à eux, ou, au contraire, favoriser une mise à distance pour éviter cet effet de réel et cetteidentification?

I. Le roman : illusion référentielle et identification du lecteur aux personnages

a)la construction du personnage :
- son identité : exemples, les romans de Balzac, de Zola, texte D (§ 2)
-son portrait : exemples, Mme Vauquer dans Le Père Goriot, Julien dans Le Rouge et le Noir, Mme de Clèves dans La Princesse de Clèves ou P. A. Destinat dans Les âmes grises.
- son histoire et sonévolution : par exemple, tous les romans d’éducation, comme Une Vie de Maupassant, qui relatent soit une réussite comme celle de Duroy dans Bel Ami soit une déchéance comme celle de Gervaise dansL’Assommoir ou du Père Goriot dans le roman de Balzac.
- son histoire amoureuse : par exemple Mme de Clèves, Mme de Rênal
- son milieu  et sa fonction sociale ; son métier : par exemple Le Dr Rieux dans LaPeste, Charles et Homais dans Madame Bovary de Flaubert, Les Rougon-Macquart de Zola ; ses actions au sein de la société : par exemple Julien Sorel, Duroy.
- un contexte historique précis : parexemple dans Le Colonel Chabert de Balzac, dans Nana ou Germinal de Zola, l’évocation de la guerre dans Au bout de la nuit de Céline

Les mouvements du Réalisme et du Naturalisme renforcent cette...
tracking img