Le role des femmes pendant la seconde guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 297 (74239 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ESSE AMOUZOU

0

Gilchrist Olympio et la lutte pour la libération du Togo

AVANT-PROPOS

Plus de six décennies après la deuxième guerre mondiale, la lutte des peuples pour la liberté semble largement occultée par les mouvements politiques qui tirent vers la tour de Babel, l’édifice global, la majeure partie des consciences. Aujourd’hui, le combat des citoyens du continent se focalise surla lutte contre la pauvreté. Il n’est certainement pas d’idéal plus noble sauf si nous nous soustrayons à l’amnésie des luttes oubliées pour répéter en chœur : « nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage ». Que le lecteur ne s’alarme nullement de se voir plongé dans les édifices réactionnaires que l’histoire a relégués longtemps derrière elle. Le drame de lapauvreté, c’est aussi le drame des populations qu’un système universel s’emploie à priver de ses aspirations matérielles. Le cycle sadique que les élites africaines ont perdu de vue, tout comme le voyageur préoccupé par les difficultés du chemin perd de vue l’étoile qui le guide, c’est aussi celui des mécanismes politiques trompeurs destinés à sortir des millions de personnes de la pauvreté. Or, combledu cynique, les manipulateurs de ce mécanisme savent mieux que quiconque qu’il ne sert que leur dessein. J’écris aujourd’hui plus d’une décennie après que le Chef de l’Etat d’un pays respecté pour ses aspirations libertaires osa douter de la maturité des populations africaines pour un jeu politique démocratique. J’écris à un moment où après le décès du président gabonais Omar Bongo, son fils luisuccéda suite à des élections présidentielles douteuses ; j’écris à un moment où, le président du Niger, le Colonel Tandja Mamadou plonge son pays dans une aventure politique en défigurant affreusement la loi fondamentale ; j’écris maintenant quelques mois après que le Chef de l’Etat camerounais modifia la constitution de son pays pour se pérenniser au sommet de l’Etat ; j’écris ces lignes quelquetemps après que le président du Congo Brazzaville sort vainqueur des élections présidentielles contestées, j’écris à un moment où la Côte d’Ivoire se cherche pour sortir du chaos politique en organisant des élections présidentielles ; j’écris quatre années après que le fils du président Eyadema put succéder à son père décédé en cours de magistrature ; j’écris quelque temps après que la Mauritaniesortit d’une situation de coup d’Etat à l’issue des élections qui légitimèrent le forfait du putschiste. J’écris à un moment où le président Blaise Compaoré a fini par s’inspirer des inconséquences de ses pairs africains et affiche des velléités de modifier la constitution de son pays en sa faveur. J’écris quelque temps après qu’un homme d’Etat eut l’audace de lancer devant des étudiantsafricains que « l’homme noir n’était pas rentré dans l’histoire ». De quelle histoire s’agissait-il ? Celle construite de toute pièce par les mains sanglantes d’une pensée prédatrice ?

Dépassons les hommes qui firent l’histoire pour nous intéresser aux hommes que l’histoire fait. Le mal du continent noir, c’est de voir sa destinée échoir entre les mains des moins méritants de ses fils. Ces fils peuméritants demeurent aujourd’hui encore frappés d’une cécité intellectuelle qui les pousse à admettre que la vie de leur pays s’arrêterait sans leur présence au sommet de l’Etat. Les millions de nigériens ne pouvaient de toute évidence se diriger en l’absence de Mamadou Tandja, le Cameroun disparaîtrait certainement en l’absence de Paul Biya. La lutte contre la pauvreté ne saurait se concevoir sansdébarrasser les pays du continent de dirigeants qui constituent des fléaux pour leur pays. Au cœur de cette lutte se trouve une bataille souvent occultée : celle de la conquête d’une indépendance véritable avec le droit des peuples africains à choisir leurs dirigeants. Voilà une cause oubliée que les néocolonialistes s’emploient à soustraire aux préoccupations internationales.
Je reste convaincu,...
tracking img