Le roman divertit, informe, critique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1932 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet :

Le roman divertit, c'est là sa fonction traditionnelle. De plus, il informe. Enfin, il peut témoigner d'une prise de position et d'une réflexion critique de la part de son auteur sur l'homme et la société de l'époque. Vous envisagerez successivement ces trois fonctions du roman et les développerez à l'aide de Bel-Ami de Maupassant.
Le roman, œuvre de fiction souvent longue, acquitses lettres de noblesse dès le début du XIXème siècle. Avant, il était considéré comme un genre mineur de la littérature. C'est en partie grâce à d'illustres romanciers tels Balzac, Flaubert ou encore Stendhal que ce genre s'est peu à peu imposé comme le genre littéraire par excellence, et ce encore de nos jours. Le roman, comme tout art, a plusieurs fonctions : il est d'abord là pour divertir,c'est-à-dire nous distraire en nous éloignant du réel, en nous permettant d'échapper à notre quotidien, De plus, il peut aussi nous informer. Enfin, il fait passer des idées pour nous faire réagir. Nous nous attacherons à démontrer successivement ces trois points grâce au roman Bel-Ami de Maupassant, grand écrivain naturaliste de la fin du XIXème siècle, employé en qualité de reporter de 1883 à 1890par des journaux comme le Figaro, le Gaulois, ou encore le Gil Blas.

Pour les romanciers, divertir le lecteur est un des objectifs premiers du roman. Pour cela, beaucoup de moyens sont mis en œuvre.
Les écrivains se doivent « d'inviter » dans leur récit des personnages haut en couleur, originaux. Ces protagonistes ne peuvent pas être de simples personnes vivant une vie paisible, ils ont ledevoir de faire rire le lecteur, de le faire pleurer, au moins de ne pas le laisser indifférent ; et ipso facto l'auteur peut faire de ses personnages des êtres très caractéristiques : vieille fille hystérique ou arrogant bellâtre, l'auteur peut en créer tant qu'il en voit l'intérêt pour le lecteur. Pour ne pas laisser le lecteur apathique, il met en place un très fort lien entre son personnage etle lecteur. Ce lien peut être de plusieurs natures : le lecteur s'identifie aux personnages, et fait donc preuve d'empathie dans les moments difficiles que traverse ce dernier ; ou bien éprouve un fort sentiment de répulsion à son égard, et alors désapprouve ses choix. Dans Bel-Ami, tout au long du roman, nous portons un jugement sur George Duroy, héros du livre, que ce soit un avis négatif (Sonair hautain, supérieur) ou un avis positif (Humour noir face à l'adultère de sa femme), Certes la personnalité des personnages est importante, mais les relations qu'ils ont entre eux le sont d'autant plus. Grâce à la longueur d'un roman, ces échanges se complexifient, se développent et s'intensifient. Ainsi, ces interactions nous fascinent : amour passionnel de Mme Walter envers George, nouseffraient : tournure agonistique de la relation entre Duroy et Mme de Marelle, ou nous énervent et nous enchantent à la fois : Paroxysme de la réussite de Du Roy à l'église de la Madeleine, réussite basée sur la séduction de femmes influentes.
Les personnages et les relations nous divertiront encore plus si le décor mettant en scène les personnages est propice aux péripéties de ces derniers. Ce cadrepermet non seulement de mettre en scène les personnages, mais aussi d'ajouter de la force aux aventures vécues. En effet, si l'auteur est l'illusionniste décrit par Maupassant dans la préface de Pierre et Jean, et qu'il parvient à placer un cadre proche de notre quotidien sans pour autant sombrer dans la banalité, nous serons comme absorbés par un roman si réel, et pourtant en grande partiefictif? Dans Bel-Ami, nous rencontrons cet oxymore dans cet oxymore dans de nombreux passages, tels la mort de Forestier à Cannes : une mort fictive lorsqu'il est décrit à l'aide de nombreuses hypotyposes : dans Bel-Ami, on retrouve des accumulations dans la description de la Normandie « et ses milles clochers légers, pointus, ou trapus, frêles ». De plus, dans certains passages, nous pouvons aisément...
tracking img