Le roman est-il « une feinte pour tenter d’échapper à l’intolérable »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (373 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le roman est-il « une feinte pour tenter d’échapper à l’intolérable » comme l’affirme Romain Gary ? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur les textes du corpus, les œuvres étudiées enclasse et vos lectures personnelles.
Feinte : Geste destiné à tromper un adversaire (ruse)
Intolérable : insupportable
Echapper : éviter, s’enfuir, se détourner
Tenter : essayer
Le romanest-il une ruse pour essayer d’éviter l’insupportable ?

Idées :
Roman philosophique qui mêle exotisme et critique de la société.
Exemples : le conte philosophique de Voltaire Candide qui setrouve à la frontière du roman et du conte.
Roman libertin et le roman sentimental : si le roman libertin décrit une aristocratie décadente (Laclos, Les Liaisons dangereuses), le roman sentimentaldonne une vision idéalisée de l’amour. Ainsi, Rousseau dans_ la Nouvelle Héloïse_ (1761) développe une conception magnifiée de l’amour.
Roman épistolaire recoupe ces différentes catégories (_LesLettres persanes_ (1721), Les Liaisons dangereuses (1782), Julie ou la nouvelle Héloïse…).
_ La fiction comme cadre d'une critique de la société
_ La fiction comme prétexte à une réflexion sur leroman
Diderot, dans Jacques le Fataliste et son maître remet en question les ficelles du genre romanesque (construction de l’intrigue, point de vue omniscient du narrateur).
_ Le roman renouvelleson langage
Céline introduit dans Voyage au bout de la nuit (1932) un langage parlé pour traduire la déconstruction du sens liée à la barbarie de la guerre.
Perec, quant à lui, imagine un roman,La Disparition (1969), dans lequel la voyelle e a disparu, en mémoire de tous les disparus des camps de concentration.
Le roman s’engage politiquement ou philosophiquement
Aragon critique labourgeoisie dans le cycle romanesque, Les Communistes (1949-1951). De leur côté, Camus avec L’Etranger illustre la philosophie de l’Absurde.

Le roman brouille les frontières avec les autres...
tracking img