Le roman naturaliste que vous avez lu vous permet-il de justifier cette affirmation ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1388 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
*mile Zola écrit dans Le naturalisme au théâtre :
"[Le roman naturaliste] est impersonnel, je veux dire que le romancier n'est plus qu'un greffier, qui se défend de juger et de conclure."
Le roman naturaliste que vous avez lu vous permet-il de justifier cette affirmation ?

mise en place du sujet : ce propos est constant dans les écrits théoriques de Zola : à l'en croire, le vrairomancier doit se borner à l'observation qui fait la qualité du savant et proscrire de ses œuvres l'imagination qui l'égarerait dans des conclusions menteuses. Le réel porte en lui ses propres leçons, et Zola va jusqu'à remettre en cause les privilèges de la création qui assimilent traditionnellement le romancier au démiurge : l'imagination n'a plus d'emploi, l'intrigue importe peu au romancier, quine s'inquiète ni de l'exposition, ni du nœud ni du dénouement ; j'entends qu'il n'intervient pas pour retrancher ou pour ajouter à la réalité, qu'il ne fabrique pas une charpente de toutes pièces selon les besoins d'une idée conçue à l'avance.
Le libellé du sujet vous invite à examiner la citation à la lumière du roman que vous aurez lu, et la question posée vous oriente vers un plandialectique où vous aurez soin de nuancer les propos de Zola. Chacun de ses romans pourrait, bien sûr, être utilisé ici puisque Zola a manifesté un attachement invariable à ces principes ; nous choisirons quant à nous, pour cette dissertation, L'Assommoir.
* position de la problématique : L'impersonnalité souhaitée par Zola est-elle compatible avec l'écriture romanesque ?
* organisation duplan :

1ère partie : les garants de l'impersonnalité

C'est au terme d'enquêtes minutieuses que Zola entreprenait l'écriture de ses romans, et L'Assommoir est nourri d'une observation directe du quartier de La Goutte d'Or à Paris.
L'utilisation constante du discours indirect libre par le narrateur laisse croire à son absence : les propos des personnages semblent continuer au-delà de leurséchanges. Une voix anonyme qui pourrait être celle du peuple semble être la vraie narratrice du roman.
L'attitude du narrateur à l'égard de ses personnages se garde de toute appréciation : nulle connivence, aucune trace d'ironie et peu de condamnation morale. Il est difficile de démêler ce qui dans leur histoire en fait tour à tour des victimes ou des coupables. La vie seule, et une certainelogique du milieu auquel ils appartiennent, nous laissent tirer les conclusions qui s'imposent.
Il arrive souvent que ce soient les personnages qui tirent eux-mêmes la leçon des faits, sans commentaire explicite du narrateur ; ainsi la remarque du docteur à Gervaise : "Vous aussi vous buvez. Un jour, vous finirez comme ça".
Ainsi Zola réalise pour L'Assommoir le vœu de Flaubert en tant quenarrateur : "être présent partout, visible nulle part".

2ème partie : les exigences de la création romanesque

Maupassant l'établit clairement dans la préface de Pierre et Jean : le romancier doit nécessairement choisir, faute de pouvoir tout raconter. Il doit aussi retenir des faits multiples de la vie ceux qui seront les plus significatifs. Ainsi, dans L'Assommoir, la chute de Coupeau, leretour de Lantier, la pluie qui force Gervaise à entrer dans le bistrot, sont autant de circonstances par lesquelles le romancier donne "un coup de pouce" au réel.
La durée romanesque n'est pas celle de la vie. La compression des événements, nécessaire à la narration comme à la lecture, les transforme en histoires et les vies les plus banales en destins. L'art organise un récit démonstratif où lecaractère fortuit des événements s'efface au profit d'anecdotes signifiantes (symboles prémonitoires, images de mort).
L'instruction des faits laisse transparaître le romancier qui les organise et le procès-verbal devient réquisitoire : les maigres salaires, les logements sordides, l'omniprésence du bistrot, l'incapacité de toute réflexion politique ou esthétique due à une extrême ignorance....
tracking img