Le romantisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
MONTERRAIN
Justine
Seconde 16

LE ROMANTISME

=

Un courant Littéraire et Culturel

[pic]
I- Le contexte : (1800-1850)

Le romantisme est un mouvement européen : il naît en Allemagne et en Angleterre à la fin du 18ème siècle.

En France, des circonstances historiques particulières font permettre l’épanouissement du mouvement romantique.
Dix ansde révolution française suivie par 15 ans d’épopée napoléonienne s’achève bien tristement sur une restauration monarchique qui ne fait rêver personne.
Toute une jeunesse désenchantée se tourne alors vers soit même, le passé que l’on idéalise ou que l’on regrette (nostalgie), cette jeunesse se tourne sur elle même, sur ses rêves, ses illusions perdues, ses sentiments, ses états d’âmes===> Culte du « Moi ». Cette jeunesse idéalise les grands hommes et en particulier Napoléon 1er. Cette jeunesse trouve dans la nature une traduction de ses états d’âmes (nature mélancolique de l’automne, nature éternelle face à l’homme éphémère, nature tourmentée et violente à l’image de leurs tourments intérieurs). La nature offre à l’homme un reflet de qui il est.
Les romantiquesexpriment le désarroi de leur passion intérieur à travers le registre lyrique.
Ils affectionnent la mort, les mystères de l’eau de là, les tombes, les cimetières, les chapelles abandonnées et l’exprime dans le registre élégiaque.

Mais les romantiques prennent également partie dans les luttes sociales et politiques de leur temps. (Ex : Victor Hugo et La Martine)

II-La définition

Quelques écrivains de la fin du XVIIIe siècle, William Blake, Jean-Jacques Rousseau et les écrivains allemands du Sturm und Drang, parmi lesquels le Goethe des Souffrances du jeune Werther (1774) et le Schiller des Brigands (1781) sont considérés comme des précurseurs du Romantisme, des « préromantiques », pour reprendre un terme inventé par la critique au début duXXe siècle. Il y a déjà, en effet, dans les œuvres de Rousseau comme dans celles de Senancour, les premières expressions d'un des aspects les plus importants du romantisme : le sentiment de la nature, exprimé comme une extase fondée sur la ressemblance entre le paysage intérieur (celui de l'âme) et le paysage extérieur. Il y a déjà, aussi, dans René ou dans les Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand,une peinture de ce « mal de vivre » ou de ce « mal du siècle » qui va devenir le thème privilégié de la poésie romantique, celle de Vigny ou de Musset, par exemple.

Même si l'adjectif « romantique » est apparu dès l'âge classique pour concurrencer l'adjectif « romanesque », il ne prend son sens moderne que progressivement, par opposition à l'adjectif « classique » (c'est ainsi quel'emploient d'abord Goethe, Schlegel, Stendhal, etc.). En France, c'est Rousseau, dans les Rêveries du promeneur solitaire, qui, l'un des premiers, lui donne son sens actuel en l'utilisant pour qualifier le caractère pittoresque et sauvage d'un paysage.
En Allemagne, le même adjectif est utilisé pour désigner la poésie médiévale et chevaleresque, comme l'expose, dans De l'Allemagne(1813), Mme de Staël, qui introduit en France les œuvres de la littérature allemande, notamment celles du Sturm und Drang. Ce n'est que par la suite que la forme nominale, « romantisme », entre en usage.

III- Exemples de textes romantiques et de peintures

Pas de grand thème lyrique plus inépuisable que le sentiment de la Nature chez les Romantiques : elle est leur confidente et leur refuge, lelivre ouvert aussi sur l'âme du Monde, une cathédrale cosmique d'où s'élèvent leurs plus ferventes prières. De nouveaux lieux guident ainsi leurs pas, solitaires ou grandioses, humbles ou exotiques : forêts, montagnes, rivages secrets des lacs ou tumultueux de l'océan. A cet hymne incessamment renouvelé s'allie une conception de l'Amour et de la Femme qui, d'Atala à Aurélia, donne au Romantisme sa...
tracking img