Le romantisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (419 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rappel - Le Romantisme :

  L'adjectif « romantique » était au dix-septième siècle synonyme de « romanesque ». Rousseau l'employa plus tard dans Les Rêveries du promeneur solitaire (1782) pourcaractériser la sauvagerie pittoresque des rives du lac de Bienne. Mais c'est en Allemagne avec les écrivains du Sturm und Drang (Orage et Passion) qu'il prit son sens moderne pour désigner la poésiemédiévale et chevaleresque. Le mouvement est en effet d'ampleur européenne et il n'est pas sûr que ce soit en France qu'il ait pris ses formes les plus profondes. On a pris coutume ici de l'identifierau mal du siècle, ce trouble existentiel qui ravagea toute une jeunesse désœuvrée, avide d'exprimer l'énergie de ses passions et de ses rêves, et consternée de ne trouver dans la société de laRestauration que de maigres canaux. Par là s'explique l'imagerie vite convenue du poète solitaire, déversant ses épanchements dans une Nature complice et cultivant l'extravagance de son imaginaire exalté.Le Romantisme procède à une contestation de la Raison dont il aperçoit l'infériorité sur le cœur et l'imagination dans la connaissance de l'Univers. Il exprime aussi une aspiration à la Libertépolitique, que manifestent alors la plupart des peuples européens.
 
1. Une littérature populaire et nationale.

L'esprit romantique est inséparable de la contestation des valeurs de l'AncienRégime. Les définitions que l'on trouve de l'adjectif dès la fin du XVIIIème siècle s'accordent à repérer dans l'esprit nouveau une recherche de l'identité nationale et un souci de donner aux peuples un artqui reflète leur âme et leurs traditions.
 
2. « Le mal du siècle ».

« Le classicisme, c'est la santé; le romantisme, c'est la maladie », dit Goethe. Des pâles figures alanguies de poèteslunatiques et de jeunes filles guettées par la phtisie hantent en effet les pages de la littérature romantique. 
Le mal sera ravageur, inspirant plus tard le spleen baudelairien comme l'ironie...
tracking img