Le roquefort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
African Zulu Hair

introduction
African Zulu Hair est un salon de coiffure Afro proposant différentes prestations. Il a été crée par Audrey Arnaud, une récente diplomée en commerce de l'universitéParis 13 à Saint-Denis en Ile-de-France. Elle a fondé en 2005 African Zulu Hair, un concept innovant de beauté et soin. En effet son éthique repose sur l'éthnicité des clients. Et comme elle le dit,ce mot n'est pas réservé a
Cette jeune femme métissée d'origine de la Martinique à toujours aimé l'univers africain et s'en est donc inspirée pour la création de son salon.

interview
Ethnicia,c’est quoi concrètement ?

C’est un espace de beauté globale. Nous offrons dans un même lieu, coiffure, soins esthétiques, maquillage, et conseil en image. Notre valeur ajoutée ? Nous adapter aux enviesde nos clientes, quel que soit leur type de peaux ou de cheveux. Je me souviens que quand j’entrais dans un salon traditionnel, on me disait « non » d’office, sans avoir touché mes cheveux. Pas dutout à cause de ma couleur de peau, mais par manque de savoir-faire.

Vous avez vraiment un parcours atypique, comment vous êtes-vous lancée dans cette aventure ?

Avant j’étais responsable demarchés internationaux dans un groupe informatique, j’avais des responsabilités, je faisais des choses intéressantes mais il me manquait quelque chose. C’est suite à un voyage à New York que j’ai eu ledéclic. Cette ville tellement cosmopolite m’a inspiré.

Venez-vous d’un milieu d’entrepreneurs ?

Non pas du tout ! Mon père était ouvrier. Mais il m’a transmis la notion du travail bien fait. Je levoyais partir tous les matins à 6 heures, sans jamais se plaindre.

Depuis, le concept a fait des petits…

Aujourd’hui Ethnicia, c’est deux implantations dans Paris et une autre dans le centrecommercial « Les Quatre Temps » à la Défense. Au départ, les choses n’ont pas été simples, il me fallait de l’argent, un local. Je négociais, allais au culot. Au commencement, la déco, c’était Ikea...
tracking img