Le rose que je portais...

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (823 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le rose que je portais...

Naître : Venir au monde.
Pourquoi suis-je né en France lors de la Deuxième Guerre mondiale? Pourquoi suis-je différent des autres gars de mon lycée? Pourquoi toutes cesquestions qui empoisonnement mon existence? Par cette différence, je dois disparaître. Je suis considéré comme un sous-homme. Plusieurs me surnomment le Hunter-fun-un-sézig ou le 175. Pourtant, jem’appelle Marc. On me déracine et on m’amène au loin. Je ne sais pas encore où, mais je crains que le trajet sera difficile. Je m’entasse avec les autres, des vieux, des malades, des juifs, des tsiganes,des dissidents politiques et quelques gars que j’ai déjà vus qui portent comme moi un triangle rose. C’est notre seule décoration sur cet uniforme rayé qu’ils m’ont donné après m’être dépouillé de tousmes vêtements.

Il y a une semaine, mes amis m’ont fêté. Je viens d’atteindre l’âge tant espéré. Je suis majeur! Je pensais qu’avoir 18 ans allait me donner des ailes. Je rêvais de ce momentmagique. Je souhaitais vivre davantage ma différence qui me caractérise. J’attendais cette délivrance… Cependant, c’est à ce moment que toute ma vie s’écroula. Après avoir déposé délicatement mes lèvres surles siennes, la peur s’est emparée de tout mon être. J’échangeais pour la première fois un baiser. Ce baiser était interdit, mais fort passionné. Il était si beau. Son regard perçant, ses lèvrespulpeuses et ses cheveux blonds soigneusement peigné déclenchèrent chez moi toutes les passions et tous les désirs. Il s’appelait François.

Jour 1 : 5 juin 1942
Durant mon trajet, je m’en voulais.J’aurais dû encore repousser mes envies. Lorsque j’ai soufflé les chandelles de mon gâteau d’anniversaire, j’aurais dû souhaiter devenir comme tous les autres. Cependant, j’avais fait le souhait de vivre,une fois pour tout, mon amour. Cet amour qui m’incriminait aujourd’hui. Nous étions tous différents, mais nous devions disparaître. Alors, on nous avait entassé dans ses wagons à bestiaux. Le...
tracking img