Le roude et le noir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (524 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
« Le Rouge et le Noir », sous-titré Chronique de 1830, est publié à Paris chez Levasseur en 1830. C'est le premier grand roman de Stendhal. Julien Sorel, le héros principal du livre, est le purproduit de son époque en un certain sens, le héros d'une France révoltée et révolutionnaire
Etude des personnages
1. Julien Sorel
2. Mme de Rênal 
3. Mathilde de la Mole
4. M de Rênal5. M Valenod
6. M Pirard 
7. Marquis de la Mole
Amour et conscience de classe

L’objet de son premier amour est Mme de Rênal. Une dimension importante est celle olfactive: il aime sonparfum, le parfum de ses vêtements et de ses chapeaux. 

Obtenir ses faveurs, ce n’est pas gagner un plaisir, mais obtenir un succès social.
Ses sentiments, ses interprétations des réactions de la femmene sont pas érotiques, mais formulées par la prisme de la lutte des classes sociales.

Il y a une contradiction dans l’amour de Julien: il aime Mme Rênal parce qu’elle lui est socialementsupérieure, et pourtant c’est cette différence de classe sociale qui empêche cet amour d’être complet.

Du point de vue de Mme de Rênal, l’humble origine de Julien n’a fait que favoriser la naissance del’amour.

Le deuxième amour est celui avec Mathilde de La Mole.

La première impression est négative, Julien tombera amoureux plus tard, par réflexion. Les jouissances seront celles de la vanité.

Ilexiste une fréquence comique des métaphores militaires dans le discours intérieur de Julien quand il pense à Mathilde.

Etre aimé par Mathilde, c’est se hisser magiquement au rang des grandsseigneurs qui l’éblouissent, malgré le mépris qu’il s’imagine éprouver à leur égard. Le désir pour Mathilde est essentiellement inauthentique. Elle n’est désirable que parce les autres la désirent, sapossession n’est un plaisir que parce qu’elle est un triomphe sur les autres.

L’amour de Mathilde pour Julien n’est pas plus pur. Sa source est surtout le désir d’affronter des périls et de braver sa...