Le rouge et le noir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (696 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Situation de Julien Sorel (1830)

Jeune adolescent, issu du monde paysan enrichi. Education classique, mémoire remarquable (récite des passages entiers des Saintes Ecritures). Aspirationshéroïques (Culte de Napoléon communiqué par un vieux chirurgien-major), mais désormais impossible dans l'univers de la Restauration.

II. Intrigue d’apprentissage

Le titre, Le Rouge et le Noir, est enlui-même symbolique : d’après des propos de Stendhal : "Le rouge signifie que, venu plus tôt, Julien eût été soldat ; mais à l’époque où il vécut, il fut forcé de prendre la soutane, de là le noir."Julien pense d'abord choisir la voie du clergé pour se hisser dans la hiérarchie sociale.
Le préceptorat chez les de Rênal n’est qu’une étape. Il est confronté dans le roman à tous les univers sociaux :- le monde paysan qu'il honnit, (le père et sa brutalité au début du roman),
- le monde bourgeois qu'il refuse (les Valenod),
- le monde ecclésiastique, hypocrite, véritable jungle du séminaire deBesançon, qu'il abandonne,
- le monde aristocratique dans lequel il parvient à s'intégrer momentanément.
Intrigue d'apprentissage : par conflit de maturation progressive, le héros, hypocrite parcalcul et non par nature, finit par choisir de rester fidèle à sa personne, à sa vraie nature. Dans la prison, il découvre qu’il aimait réellement Mme de Rênal.
L’intégration était-elle possible, mêmelorsqu'il devient le chevalier de La Vernaye ?Il revendique son exclusion au cours du procès en refusant les aides, en provoquant les jurés ce qui nous montre l’échec de son intégration sociale.
Dèsle début du roman, un événement symbolique préfigure l’échec de Julien : "Sur le prie-Dieu, Julien remarqua un morceau de papier imprimé, étalé là comme pour être lu. Il y porta les yeux et vit:Détails de l’exécution et des derniers moments de Louis Jenrel, "exécuté à Besançon, le papier était déchiré. Au revers on lisait les deux premiers mots d’une ligne, c’étaient : Le premier pas."Qui a...
tracking img