Le sacre royale sous les carolingiens

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9243 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Aujourd’hui ‘siècle des images” seulement on ne tue plus à propos de celle-ci = “désacralisation des images”. Elles ne sont plus chargées en politique ou religion. Elles représentent un enjeu politique et culturel important.
Comment l’iconoclasme eut des conséquences en Occident?
1020/1100 : essore des images dans aux portails des édifices.
Élaboration de deux idées antithétique : bernard declairveaux : monastique doit être pauvre, suger : il faut réserver la beauté aux monastères.

CHAP I : NAISSANCE DES IMAGES CHRÉTIENNES

Les images au M-A sont chrétienne. Le christianisme structure le vie et la pensée occidentale chrétienne. Ceci donne un cadre de représentation iconographique. Il existe une iconographie laïc voir non religieuse qui représente cependant le sacré.
Dans lesimages chrétiennes on peut avoir des éléménts non chrétien = chevalier qui représente les saints guerriers.
Etait-il indispensable d’utiliser les images? pouvait-on faire autrement? Qu’est-ce-qu’une image pour un évêque au 10es?
Grégoire I 590/604 = a écrit la lettre à Serenus de Marseille qui est très utilisée par les clercs et les commanditaire qui se sont rendus en Italie et ont pu s’inspirerdes images. On parlera d’un renouveau paléo-chrétien au 12es.
Le développement du christianisme se faisait dans des milieux sociaux très précis. Il est héritier du judaïsme palestinien, de la diaspora, et du monde gréco-romain.
I- RELIGION ICONIQUE, RELIGION ANICONIQUE.
A- L’héritage gréco-romain
la religion païenne antique est antropomorphique (de même forme que l’être humain) etpolythéiste. Donc se dote d’accessoire pour identifier ses dieux = les attributs.
Ils utilisaient des statuts pour les rituels. Les empereurs romain avaient l’habitude de se représenter comme des statues. (Marc-Aurèle) Celles-ci sont à l’origine des difficultés rencontrés par les chrétiens car apporta des tensions et fit des martyres car ils refusaient de faire des cultes aux dieux et impériaux. En outrel’empereur est présent par son image dans les tribunaux où l’on rendait justice en son nom = Enjeu politique et religieux.
Les penseurs chrétiens ont asssocié les images aux idolâtres pendant longtemps. Les idoles antiques sont surtout présent dans l’ancien testament.
B- Héritage biblique et Juif
Particularité du judaïsme antique vis-à-vis du paganisme = monothéisme, refus des images aniconiques.Les interdictions sont répétées et violente dans le premier et second testament. Ils considéraient les autres dieux que Yahvé dans la zone palestinienne comme des idoles.
Livre de la Sagesse chap 13/14 = condamnation dans la pratique du culte des idoles “cause est le terme de tout mal”
Les refus de l’image par le monothéisme sont des caractères tout autant religieux que nationaux. l’empereurromain figurait sur les enseignes militaire.
Il existe de nombreuses images utilisées dans le cadre de la vie religieuse (Moïse fait deux images = le serpent d’airain dans l’exode, le chérubin placé sur l’arche d’allianceNB21,3, dans le temple de Salomon il y avait des boeufs supportant la mer d’airain 7rois7,27)
C- Images ou aniconisme ?
Antiquité païenne : Monde de l’image, le christianismedès lors enraciné dans la culture gréco-romaine devait être inséré dans le monde de l’image.
Le judaisme est un monde où l’image est ommis. (Cf A.T qui la condamne)
Le Marcionisme rejette l’A.T considéré comme un hérésie. Le christianisme assure les images bibliques (héritage vétéro-testamentaire)
Contradiction entre les deux traditions. Il y a deux racines : le monde gréco-romain ou il y a unereprésentation et le monde de la Bible ou non représentation.
Vers 300 = L’Église n’est pas encore reconnue officiellement. Le concile d’Elvire en espagne dit en son 36e canon : “ il ne doit y avoir aucune image dans l’église de peur que ce qui est objet de culte et d’adoration ne soit peint sur les murs”
Vers 327 = lettre d’Eusèbe de Césarée , l’épiphane de Salamine 365/403 “ souvenez vous...
tracking img