Le savant et le politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1040 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
WEBER,Max, Le savant et le politique, Paris : Editions 10/18, 1963

Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, Max Weber revient à Munich pour occuper la chaire de sociologie que l’Université de Munich a créée spécialement pour lui. C’est à cette université qu’il prononce, à la demande des étudiants, les deux conférences retranscrites dans son ouvrage à savoir : « La vocation de savant » («Wissenschaft als Beruf ») en 1917 et « La vocation du politique » (« Politik als Beruf ») en 1919. Dans son ouvrage, Max Weber aborde ces sujets du point de vue des sciences sociales que sont la sociologie et l’économie.
L’ouvrage de Max Weber est distinctement séparé en deux parties, où il analyse successivement le métier et la vocation de savant ainsi que le métier et la vocation dupolitique.
Dans la première partie de l’ouvrage qui traite le métier et la vocation de savant, Max Weber définit tout d’abord les conditions extérieures du métier de savant à savoir l’accès aux chaires, l’évolution de la condition du métier, etc. Il insite sur le fait que le hasard joue un rôle important dans lacondition du métier de savant et aussi sur le fait que « tout jeune homme qui croit avoir lavocation de savant doit se rendre compte que la tâche qui l’attend présente un double visage. Il doit posséder non seulement les qualifications du savant, mais aussi celles du professeur. Or ces deux aspects ne coïncident absolument pas .» WEBER, Max, Le savant et le politique, Paris : Editions 10/18, 1963, p78. Il explique ce qu’est pour lui la vocation de savant et les conditions quidéfinissent si celui qui prétend avoir la vocation du savant la possède réellement. Il exprime aussi le phénomène d’intellectualisation et donc de rationalisation qui selon lui conduit au « désenchantement du monde ». Pour Weber, une croyance à la science s’oppose forcément à une croyance en un salut religieux et donc quiconque s’investit dans la religion abandonne son intellect. Il soulève aussi le problèmede la « signification » de la science, ibid, p 88.Autre idée importante de Weber, les professeurs ne doivent en aucun cas donner leur avis car leur position est forcément cause d’influence et par conséquent de politique. Il exprime aussi le fait que la certitude ne suffit pas en science et que l’inspiration est nécessaire, il indique aussi que le dilettante est important voire indispensable enscience pour exprimer de nouvelles idées auxquelles le savant n’aurait pas forcément songées mais sur lesquelles il peut réfléchir etqu’il peut tenter de résoudre, chose que le dilettante ne peut faire car il manque de moyens.
Dans la seconde partie de l’ouvrage, qui traite le métier et la vocation d’homme politique, Max Weber définit la vocation politique et le sens qu’elle peut revêtir. Leterme de « politique » est très vaste, mais ici Weber entend « uniquement par politique la direction du groupement politique que nous appelons « Etat », ou l’influence que l’on exerce sur cette direction » ibid, p124. Il donne alors sa célèbre définition de l’Etat qui se spécifie au moyen de la violence, et les trois raisons de la « légitimité » de cette violence ; l’autorité de « l’éternel hier », lepouvoir « charismatique » et l’autorité en vertu de la « légalité ». Pour lui l’Etat moderne est un Etat qui s’approprie tout le pouvoir. Selon lui, il y adeux façons de faire de lapolitique : vivre « pour » la politique ou vivre « de ». Il traite ensuite de l’apparition des hommes politiques professionnels (chefs et partisans) et de leurscaractéristiques particulières. Pour Weber, les chefs departis en Occident sont des démagogues. Il exprime ensuite la particularité du métier de jounaliste qui, comme l’avocat et l’artiste, n’accède pas au politique. Ildéfinit deux formes de partis : le groupement de notables et l’organisation moderne avec « entrepreneurs » et fonctionnaires . Il étudie ensuite les différents systèmes suivants : le système du caucus en Angleterre (avec le leader et...
tracking img