Le scaphandre et le papillon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1676 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
DUMONT Rémi
06 décembre 2010

Le Scaphandre et le Papillon

-Auteur : Jean-Dominique Bauby
Jean-Dominique Bauby, né le 23 avril 1952 à Paris 14e et mort le 9 mars 1997, est un journaliste français, auteur d'un livre sur son expérience du locked-in syndrome, ou syndrome d'enfermement. Il a vécu avec Sylvie de la Rochefoucauld. Élevé à Paris, il grandit rue du Mont-Thabor derrière le Jardindes Tuileries dans l'ancien immeuble d'Alfred de Musset. Rédacteur en chef du magazine féminin Elle et père de deux enfants : Théophile et Céleste, Jean-Dominique Bauby est victime le vendredi 8 décembre 1995 d'un accident vasculaire cérébral qui le plonge dans le coma puis l'affecte du locked-in syndrome.
Hospitalisé à 44 ans, à l'hôpital maritime de Berck, il conserve ses capacitésintellectuelles. Il continue de pouvoir mouvoir l'une de ses paupières, ce qui lui permet de communiquer. C'est lettre à lettre qu'il dicte son livre, Le Scaphandre et le Papillon, publié le 6 mars 1997. Comme mentionné dans la dernière phrase de son livre, il décède peu de temps après sa sortie, le 9 mars 1997.
En mai 2007, le film Le Scaphandre et le Papillon adapté de son livre sort en salles.

- Dated'édition : 9 mars 1997

- Lieu : Hôpital Maritime de Berck-sur-Mer

- Genre : Témoignage autobiographique contemporain

- Nombre de pages (Format) : Format poche ; 139 pages

- Editeur (Collection) : Robert LAFFONT

- Thèmes : Autobiographie, médical, santé, Locked-in Syndrom, mort.

- Résumé :

J
ean-Dominique BAUBY, rédacteur en chef pour le magasine ELLE à Paris et père de deuxenfants, Céleste et Théophile, vit une vie tout à fait normale jusqu’au 8 décembre 1995 où il est touché par un brutal accident cardio-vasculaire et tombe dans un coma profond. Ce n’est que 20 jours plus tard, que Mr.Bauby se réveille à l’hôpital où il passera encore quelques semaines dans un brouillard avant de réaliser ce qui lui est arrivé. Au départ, il ne se rend pas compte de suite de sonhandicap mais en prend conscience lorsque les soignants du service le met sur un fauteuil roulant pour le déplacer. Là, une prise de conscience importante est effectuée par Jean-Dominique. Il souffre en fait d’une paralysie totale que la médecine appelle le « Locked-in symdrom ». Il est dans l’incapacité totale de bouger, de parler ni même de respirer sans assistance.
Hospitalisé depuis quelquestemps à l’Hôpital Maritime de BERCK, Jean-Dominique se sent emprisonné dans son propre corps et le compare à un scaphandre. Mais le fait d’essayer de bouger et d’y arriver mentalement, même si physiquement impossible le concernant, lui permet de se libérer un minimum de cette oppression et de pouvoir vagabonder tel un papillon, c’est-à-dire de se sentir libre.

Mais dans ce corps inerte,seul un de ses yeux bouge. Cet œil va devenir par la force des choses son seul lien avec le monde, avec les autres, avec la vie. Pour cela, il utilise un alphabet d’une version différente de l’alphabet proprement dit. Les lettres sont classées de la plus couramment utilisée à la moins couramment utilisée dans la langue française. Avec son œil, il arrête l'attention de son visiteur sur les lettresde l'alphabet qu'on lui dicte et forme des mots, des phrases, des pages entières. Un procédé qu’il a mis en place avec son orthophoniste, qu’il surnomme lui-même son « Ange Gardien ».
En ce qui concerne sa vie à l’hôpital, Mr.Bauby aime se poser à Cinecitta, terrasses du pavillon Sorrel depuis lesquelles il aperçoit le phare, un guide pour les marins mais aussi pour lui-même. Il effectue aussi desséances de rééducation avec des séances de verticalisation où là déjà il se sent différent par rapport aux autres qui viennent pour des pathologies diverses, souvent moins grave que la sienne.
Vu qu’il n’est pas possible pour lui de parler, il passe beaucoup de temps à penser. Il a par ailleurs ce sentiment d’être un inconnu pour sa famille, ses proches, peur qu’on ne le reconnaisse plus. Il...
tracking img