Le scaphandre et le papillon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1161 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE

-------------------------------------------------
Auteur : Jean-Dominique Bauby
-------------------------------------------------
Titre : Le scaphandre et le papillon
-------------------------------------------------
Lieu d’édition : Paris
-------------------------------------------------
Editeur : Robert Laffont
-------------------------------------------------
Annéed’édition, numéro d’édition : 1997, 2-266-08059-8
-------------------------------------------------
Nombre de pages : 137 pages

1. Le résumé :
Le 8 décembre 1995, un accident vasculaire cérébral a plongé Jean-Dominique Bauby dans un coma profond. Quand il en sortit, toutes ses fonctions motrices étaient détériorées. Atteint par le "locked-in syndrome", il ne pouvait plus bouger, parlerni même respirer sans assistance. Dans ce corps inerte, seule la paupière gauche bouge. Elle devient donc son lien avec le monde, avec les autres, avec la vie. Il cligne une fois pour dire "oui", deux fois pour dire "non". Avec sa seule paupière mobile, il arrête l'attention d’autrui sur les lettres de l'alphabet qu'on lui dicte dans un ordre définit et forme des mots et des phrases. C’est grâce àsa paupière mobile qu’il parvient à écrire ce livre, dont chaque matin pendant des semaines, il a mémorisé les phrases avant de les dicter.

2. L’analyse du contenu :
Ce livre est une belle leçon de vie, l’auteur veut nous démontrer que même en étant prisonnier de son corps, il arrive toujours à communiquer.
L’auteur à l’espoir de retrouver les gestes et la parole, car il a beaucoup deprojets pour l’avenir, mais il prend conscience de la réalité, et cela le fait souffrir. Il considère sa situation comme une deuxième vie, où il est prisonnier de son corps. Il représente son corps comme un scaphandre, et la vie comme un papillon. Du fait de sa pathologie, il voit les choses de la vie sous un autre angle, ses sens se sont multipliés, et ses souvenirs resurgissent. Par exemple, ilressent de la détresse pendant le bain, le fait d’être immobile, de ne pourvoir rien faire, cela le fait retomber en enfance, mais lui rappelle les barbotages de sa première vie. La vie continue tout de même pour lui, il porte ses vêtements personnels, et il s’organise sa routine dans sa tête. Pour communiquer avec lui, il faut lui réciter l’alphabet dans un certains ordre, c’est-à-dire des lettresles plus employées aux moins employées, cela facilite la tâche à ceux qui veulent communiquer avec lui.

Dès qu’il cligne de l’œil sur une lettre de l’alphabet, c’est celle-ci qu’il faut prendre en note. Il ne supporte pas le reflet dan le miroir, car celui-ci lui reflète la réalité de sa maladie. Il se sent privé de tous les plaisirs, il compare sonexistence à celle d’une méduse. Il compare la directrice de l’hôpital à une impératrice, qui lui dit d’être patient, et ils partagent ensemble un sourire secret. Il se représente sa chambre d’hôpital comme une ville : Cinecitta, où il se sent naufragé d’une grande solitude. Les touristes de cette ville correspondent aux autres patients, il les considère comme des malades défavorisés. La salle derééducation équivaut à la cour des miracles. De l’intérieur de son scaphandre, l’auteur se créer un monde, son monde, où il ressent sa maladie comme une deuxième vie. Il s’imagine donc un monde virtuel. Malgré sa mobilité quasi-inexistante, certaines de ses facultés mentales lui permettent de se remémorer les goûts et les odeurs. Jean-Dominique Bauby est aujourd’hui alimenté par sonde gastrique, il utilisedonc sa mémoire pour se nourrir lui-même, autour d’un buffet alléchant. Il considère l’orthophoniste comme son ange gardien, car c’est elle qui a instauré le code de communication. Grâce à elle, il peut s’exprimer, à sa façon certes, mais l’incommunicabilité devenait pesante pour lui. Le silence qu’il inflige à ses proches le bouleverse, car il ne peut pas leur exprimer ce qu’il ressent. Il...
tracking img