Le second empire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1507 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Second Empire (1851-1870) Du coup d’Etat à la défaite
I Le coup d’Etat du 2 décembre 1851 Louis Napoléon a voulu que tous les moyens constitutionnels pour se maintenir au pouvoir soient épuisés avant de se lancer dans une épreuve de force. Grâce à l’appui de son demi-frère, le duc de Morny, le PrincePrésident verrouille tous les postes importants et met en place l’opération Rubicon. Dans lanuit du 1er au 2 décembre 1851, les chefs du Parti de l’ordre sont arrêtés (Cavaignac et Changarnier) et Napoléon prononce la dissolution de l’Assemblée nationale et le Président reçoit les pleins pouvoirs pour faire une nouvelle constitution. Le duc de Morny, nouveau ministre de l’Intérieur, prononce l’Etat de Siège dans 32 départements et met en place des commissions spéciales qui pourchasse lesRépublicains. (cf Pierre Moinot, Coup d’Etat, Paris, NRF, 2004). Le coup d’Etat a été une tache indélébile dans l’histoire du Second Empire qui est proclamé le 2 décembre 1852.

Charles de Morny

II L’Empire autoritaire : fonctionnement et ambigüités Le coup d’Etat est plébiscité par 92% de la population qui approuve la Constitution que leur soumet Louis Napoléon Bonaparte. La constitution estpromulguée le 25 décembre 1852 et marque la préférence de l’empereur pour le césarisme : « Dans toutes mes aventures, j’ai été dirigé par un principe. Je crois que, de temps en temps, des hommes sont créés, que j’appellerai providentiels, qui ont entre leurs mains les destinées de leur pays ». Ce principe de l’homme providentiel combiné avec le suffrage universel est une des marques dubonapartisme.

Napoléon III, empereur des Français

La constitution du Second Empire s’inspire de celle du Premier Empire. L’essentiel du pouvoir appartient à l’Empereur, il peut s’adresser directement au peuple par plébiscite ce qui lui confère une importante légitimité populaire. Le pouvoir législatif est divisé en 3 chambres, et le suffrage universel est rétabli pour montrer que l’Empire est un choixdu peuple. Malgré le rétablissement du suffrage universel, l’Empire est un régime autoritaire et policier. Les Républicains sont durement réprimés. Les déportations vers la Guyane ou l’Algérie se multiplient, on compte près de 10'000 déportés pendant la période. D’autres sont condamnés à l’exil comme Victor Hugo qui part pour Jersey. La presse est censurée, les enseignants surveillés etl’opposition politique est muselée par le système des candidatures officielles. Les candidats officiels bénéficient de nombreux avantages, mais malgré tout, il faut signaler que les candidats ne sont pas suffisamment sérieux pour gagner les élections, l’opposition étant complètement désorganisée. La durée de la législature est de 5 ans, en 1852 et 1857, les députés gouvernementaux obtiennent 90% des voix, en1863 alors que l’opposition est structurée et qu’elle a fait campagne convenablement, les candidats officiels obtiennent 73% des voix. En 1869, malgré la crise de régime et la campagne hostile à l’Empereur, les élections sont remportées par le pouvoir avec 57% des voix. Les campagnes restent indéfectiblement soumises au bonapartisme.

La presse est censurée de nouveau par la loi du 17 février1852. L’empereur crée les « avertissements » dès qu’un journal commet une faute, il est averti, et au bout de 3 avertissements, il est interdit de parution pour 2 mois. Les journaux, pour éviter cette sanction, pratiquent donc l’autocensure.

Le régime a aussi une attitude assez ambiguë avec l’Eglise catholique. D’un coté, l’empereur augmente le budget des cultes, il instaure un semblant «d’ordre moral » qui culmine avec l’interdiction des cours d’Ernest Renan sur Jésus en 1862. L’Empereur considère en effet que la religion est indispensable pour maintenir l’ordre dans un pays. Mais d’un autre coté, il respecte la politique religieuse napoléonienne de soumission de l’Eglise à l’Etat. L’encyclique Quanta Cura et le Syllabus sont peu diffusés en France et les rapports de Napoléon III...
tracking img