Le seisme de kobe;

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 58 (14413 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Tremblement de terre de Kantō
Date 1er septembre 1923 à 11h58
Magnitude 7,9[1] à 8,4[réf. nécessaire]
Régions plaine du Kantō, Japon
Victimes 105 385 morts, 37 000 disparus (sources fiables)[réf. incomplète]
modifier
Le grand séisme de Kantō (関東大震災, Kantō daishinsai?) a dévasté la plaine de Kantō, qui se situe à Honshū, l'île principale du Japon, le 1er septembre 1923 à 11:58. Ceséisme a été estimé en 1977[2] à une magnitude de moment de 7,9. Il provoqua de graves dommages aux villes de Yokohama, de Kanagawa, de Shizuoka, et de Tōkyō.
La tectonique de cette région est complexe avec quatre plaques tectoniques distinctes (la plaque pacifique, la plaque philippine, la plaque eurasienne et la plaque nord-américaine) et deux jonctions triples à moins de 200 km de distance l'un del'autre. Le séisme a eu lieu sur la subduction qui relie ces deux points triples. La fosse engendrée par cette subduction de la plaque philippines sous la plaque nord-américaine est appelée la fosse de Sagami.

La géométrie exacte du plan de faille n'est pas définie avec certitude. Différentes études ont proposé des modèles plus ou moins complexes, comprenant un, deux, voire trois segments defaille pour expliquer les mouvements statiques du sol observés durant le séisme (observations géodésiques). La faille plonge vers le nord - nord est avec un pendage autour de 27° par rapport à l'horizontale. La segmentation de la faille à son extrémité ouest provient d'une éventuelle courbure du plan de faille. Le mouvement sur le plan de faille est inverse avec une composante décrochante dextre.Les dommages [modifier]
Le rapport officiel publié le 30 aout 1926 fait état de 580 397 bâtiments détruits et de 141 720 morts. Cependant, [3] de T. A. Jaggar, dans un article publié en 1924, évoque le chiffre de 400 000 morts. Plusieurs sources parlent de la mort d'une foule de 32 000 personnes dans le district de Honjo. Le feu à Tōkyō n'a pas été contrôlé et de nombreuses victimes ont ététuées en raison de la panique générale.

D'après les sources les plus fiables, au moins 105 385 personnes ont perdu la vie et plus de 37 000 furent portés disparues. La plupart des morts sont dues aux 88 feux qui se sont allumés séparément et se sont rapidement propagés du fait des vents forts venant d'un typhon près de la péninsule de Noto. Comme le tremblement de terre avait détruit les accès àl'eau, il fallut deux jours pour éteindre tous les feux. Plus de 570 000 maisons furent détruites, laissant environ 1,9 million de sans-abris. Les dommages ont été estimés à plus d'un milliard de dollars américains aux valeurs contemporaines, T. A. Jaggar estimant lui les dommages à 4,5 milliards de dollars de l'époque.

Violences liées au séisme [modifier]
Le chaos et la panique créés par letremblement de terre amenèrent au développement de nombreuses fausses rumeurs. Des articles de journaux japonais diffusèrent des informations extravagantes ou exagérées, rapportant par exemple l'annihilation de Tokyo, l'enfoncement dans la mer de la totalité de la région du Kantō, la destruction de l'archipel d'Izu à cause d'éruptions volcaniques, ou l'apparition d'un immense tsunami jusqu'au MontAkagi (situé au centre du pays).

Une rumeur se développa accusant les Coréens résidant au Japon de tirer parti de la catastrophe pour piller et rançonner, d'empoisonner les puits et d'allumer des incendies. Les nombreux feux présents un peu partout renforcèrent les rumeurs, et des milices populaires commencèrent alors à tuer les résidents coréens, en particulier dans les villes de Tokyo etYokohama. Certains Coréens prononçant le son « G » ou « J » avec un accent, il a été rapporté l'existence de barrages dans les villes, où les mots jū-go-en, go-jus-sen (15円 50銭, jū-go-en, go-jus-sen?) et gagigugego (がぎぐげご, gagigugego?) étaient utilisés comme shibboleths. Ceux qui ne prononçaient pas correctement ces mots étaient battus voire tués, et de nombreux Chinois, Okinawais, ou Japonais...
tracking img