Le serpent qui danse de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2021 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1)En quoi réside la dimension elogieuse de ce poeme.
La femme est une des plus importantes sources d’inspiration de la poésie baudelairienne (et on pourrait dire, de la poésie en général), cristallisant ses émotions et ses angoisses, ses joies et ses souffrances
C’est certainement sa maîtresse Jeanne Duval que Baudelaire décrit dans Le serpent qui danse. Le champ lexical du voyage, del’exotisme renvoie à sa rencontre de 1842 avec la belle mulâtre, actrice dans un théâtre parisien. Portrait d’une femme réelle certes, mais aussi succession d’images, d’impressions ; métamorphoses provoquées par le rythme des vers et la démarche de sa « belle indolente ».

« Le Serpent qui danse » est donc un poème hétérométrique de neuf strophes qui chante la femme aimée, mais on peut voir que ce quiapparaît d’abord comme une déclaration d’amour, se teinte aussi d’une note d’érotisme, mais que le poème joue surtout sur une certaine ambiguïté, comme souvent chez Baudelaire.

L’éloge d’une femme aimée
1) Une déclaration d’amour
On peut d’abord s’intéresser à l’énonciation : on voit que le poète s’adresse explicitement à la femme, par le biais de la formule « chère indolente ». De plus, lepoème alterne les « je » et les « tu » : « j’aime », « mon âme », « je crois », « mon cœur » ; « ton corps », « ta chevelure », « tes yeux », « te voir », « ta tête », « ta bouche », etc. On peut dès lors affirmer qu’il s’agit d’une véritable déclaration d’amour destinée à l’être aimé, avec lequel le poète entretient une proximité affective (tutoiement) et spatiale (puisque le poème, de strophe enstrophe, rapproche les deux amants).
Ensuite, on peut relever tout ce qui renvoie au registre lyrique : emploi de l’épithète affective « chère », la valorisation de la beauté (« si beau », « belle d’abandon ») et la ponctuation expressive (première phrase exclamative, poème qui s’ouvre et se ferme par un point d’exclamation).
Enfin, on voit que le lyrisme du poète se manifeste aussi par lamultiplication des images qui servent à évoquer le corps de la femme aimée : les strophes alternent comparaisons (§1 : « Comme une étoffe vacillante » ; §3 : « Comme un navire » ; § 5 : « On dirait un serpent qui danse » ; § 7 : « Comme un fin vaisseau » ; § 8 : « Comme un flot grossi ») et métaphores (§2 : Chevelure // mer ; §4 : yeux // bijoux ; §6 : tête // éléphant ; §9 : salive // vin deBohème // ciel liquide).
Le poème se présente donc comme une véritable déclaration amoureuse qui souligne l’intimité des deux amants, la force de ce qu’éprouve le poète et qui semble alimenter son imaginaire poétique.

2) Eloge du corps aimé
Tout le poème est consacré à l’éloge de la femme aimée, de son corps. Cependant, il ne s’agit pas d’un blason [1]dans la mesure où le poème ne se concentrepas sur un seul détail. Au contraire, le poème suit un mouvement « ondulatoire » qui évoque la reptation du serpent et que souligne l’alternance de la métrique (octosyllabes / pentasyllabes, rimes croisées, rimes féminines / rimes masculines).
§ 1 : le corps dans son ensemble : le corps vu nu ?
§ 2 : Chevelure
§ 3 : retour sur le poète : « mon âme ».
§ 4 : Yeux
§ 5 : le corps dans sonensemble : le corps qui marche.
§ 6 : Tête
§ 7 : le corps dans son ensemble : le corps qui s’allonge.
§ 8 : Bouche
§ 9 : Retour sur le poète : « je crois… »
Le poète évoque ainsi la femme aimée, qui est décrite en mouvement mais aussi en détail, des détails qui sont des motifs importants du topos amoureux : chevelure (motif central chez Baudelaire), regard, bouche…
D’autre part, on peutrevenir sur les images employées par le poète : en premier lieu, on voit qu’elles jouent sur les différents sens (« voir », « étoffe vacillante », « miroiter », « flots bleus et bruns », « te voir » ; « âcres parfums », « mer odorante » ; « glaciers grondants » ; « boire un vin de Bohème »…) ; en second lieu, on constate que ces images valorisent le corps de la femme en l’associant à une...
tracking img