Le silence de la mer étude des personnages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2981 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 février 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Occupés contre occupant : Silences contre Paroles
La nièce :
Par patriotisme, la nièce se refuse obstinément de parler à l’officier allemand malgré son attitude respectable. La nièce est décrite extérieurement par les yeux de l’oncle, témoin du refus digne de celle-ci. Dès l’arrivée de Werner, son comportement témoigne de son intransigeance et de sa détermination grâce à un silence farouche,signe d’une forme de Résistance à l’envahisseur et unique refuge de la dignité. Ce mutisme ostensible est accompagné d’un figement rigide de son corps plaqué contre le mur de la maison en attendant que Werner franchisse le seuil. Et à cette immobilité « de plomb » s’adjoint une volonté inébranlable de ne pas regarder l’ennemi. Ce retrait et cette réserve hostile restent constamment affichés pendantleur cohabitation. Celle qui se présente comme une « statue » devant Werner offre un visage toujours fermé, « impitoyablement insensible », un visage penché sur son ouvrage qui empêche Werner de contempler son regard lumineux. Raide et droite sur sa chaise, elle ne donne de son apparence que le profil ou la « nuque frêle et pâle ». La nièce se caractérise donc par trois mots qui reviennentimperturbablement : le silence, l’immobilité, l’absence de regard.
Werner :
Accaparant exclusivement la parole, Werner rompt ce silence en prenant l’habitude de venir se chauffer au coin du feu le soir. Ses monologues portent sur des sujets divers tout au long de ces six mois. Le premier mois, il devise sur des sujets anodins. Les choses changent le jour où il descend de sa chambre en civil, alorsqu’il s’était toujours présenté en uniforme. Le contenu de son discours évolue vers des confidences intimes : il avoue son amour pour la France que lui a transmis un père désespéré par la défaite allemande lors de la première guerre mondiale. Lui qui croyait possible l’union de leurs deux pays grâce à Aristide Briand est déçu par cette nation menée par « de grands bourgeois cruels » ; il fait doncpromettre à son fils de pénétrer en France « botté et casqué ». Ses paroles dévoilent par la suite son extrême sensibilité à la culture et toute la passion qu’il éprouve pour une France caractérisée par le raffinement spirituel ; d’après Werner, d’innombrables écrivains font la gloire et la richesse d’une incomparable littérature française présente dans la bibliothèque de l’oncle qu’il parcourtavidement des yeux. Cet amour pour la France s’explique aussi peut-être pour une raison plus historique : Ebrennac n’est pas un nom allemand ; l’oncle l’imagine plutôt celui d’un protestant réfugié en Allemagne après la révocation de l’Edit de Nantes en 1685.
Ce rituel de la parole obéit à un cérémonial précis, puisque la sortie du personnage s’accompagne systématiquement d’un « Je vous souhaite unebonne nuit ». Chacune de ses interventions est ponctuée par un regard appuyé sur la nièce. A son arrivée, « ses yeux se pos[ent] sur [la] nièce, toujours raide et droite » ; puis à toutes ses visites, « ses yeux s’attardaient sur le profil incliné de ma nièce » ; « en parlant, il regardait ma nièce » ; « ses yeux souriants se posèrent sur le profil de ma nièce »…Dans cette nouvelle plutôt courte,l’écrivain mentionne douze fois le regard de Werner posé sur la jeune femme qui, elle, ne lui en accorde aucun. Ses yeux ne quittent la nièce qu’une fois pour regarder l’oncle au moment où il évoque les habitants de Saintes : « Son regard se porta sur le mien- que je détournai ». La fixité de son regard est souvent accompagnée par l’immobilité de son corps ; et son « interminable monologue » estcoupé par de nombreux silences qu’il provoque lui-même et qui ne le gênent pas, puisqu’ « il laissait le silence envahir la pièce ». Or, ces silences qui règnent pesamment quand il se tait, créent un malaise chez ses auditeurs. Paradoxalement, ses paroles qui pourraient passer pour importunes – tout comme sa présence- semblent souhaitées afin d’atténuer la tension ambiante. Jamais durant son...
tracking img