Le silence ne dit-il rien ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4123 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous vivons dans un monde où la verbalisation est la règle et le silence l’exception. Nous vivons au milieu d’un torrent de mots ; si bien que la valeur du silence nous échappe le plus souvent ; et pourtant, il est difficile de séparer le silence et la parole, le silence et l'intention de signification. Sans un espace entre les mots, les mots eux-mêmes seraient-ils compréhensibles ?

Nousne savons plus au fond ce que représente la Parole, ni ce que signifie le silence. Pourtant, nous sentons aussi que nous avons besoin du silence. La Parole et le silence sont étroitement liés. N’est-ce pas parce qu’à sa manière le silence signifie à travers les mots autant que les mots signifient eux-mêmes ?

Ou bien, faut-il admettre que le silence est seulement une impuissance ou uneimpasse dont le langage nous libère. Le silence ne dit-il rien ?

A. Le mur du silence
Il existe plusieurs formes de silence, mais le silence le plus incompréhensible, c'est assurément celui de l'incapacité de pouvoir communiquer. Nous sommes si familier avec le bruit des mots qu’il nous est difficile d’imaginer ce que nous deviendrions s’il n’y avait pas de mots, pas de sons, pas de capacitéd’audition. En l’absence de l’ouïe, comment donc pourrions-nous manipuler des signes, comment pourrions-nous former une pensée ? Qu'est-ce que le silence de celui qui n'entend pas?

C’est le problème que nous posent les sourds-muets, eux qui vivent perpétuellement dans une des formes du silence, celui de l’absence de verbalisation auditive des mots. Pourtant ils parviennent à communiquer et àstructurer une pensée dans un langage qui leur est propre. Quel est le silence que connaît au début le sourd-muet ? (texte)

Celui de l’impossibilité de communiquer, ce n’estpas l’absence de bruit en général. Il se sent au début comme privé du pouvoir de communiquer, parce que privé de parole et que l'accès à la parole est le mode le plus partagé de la communication. Arrêtons-nous sur letémoignage d’Emmanuelle Laborit dans Le Cri de la Mouette. Elle se compare elle-même à ses poupées qu’elle rangeait le soir dans son lit. « La nuit, je dors bien rangée au calme comme une poupée. Ça ne parle pas une poupée. J’ai vécu dans le silence parce que je ne communiquais pas… Pour moi, tout le monde était noir silence, sauf mes parents, surtout ma mère". Le silence a un sens qui n’est qu’à moi,celui de l’absence de communication. Autrement, je n’ai jamais vécu dans le silence complet, j’ai mes bruits personnels, inexplicables pour un entendant. J’ai mon imagination et elle a ses bruits en images. J’imagine des sons en couleur ». (texte)

Il y a bien de la différence entre le silence et l’absence de bruit. Ce n'est pas la même chose qu'exiger le silence et ne rien entendre. Cen'est pas du tout la même souffrance. Ici le silence n’est pas absence de bruit mais absence de communication. Pour Emmanuelle Laborit ce silence a duré de la naissance jusqu'à sept ans, à l’âge enfin où elle apprendra un langage, le langage des sourds-muets. Apprendre un langage, comme elle le note elle-même, ce n’est pas apprendre un code, ni un jargon, ce qui supposerait déjà un langage préalable.C’est entrer dans le monde de la communication par des signes. La première entrée dans le langage est comme une naissance. Auparavant, Emmanuelle en est réduite à faire des mimes devant le visage de sa mère et à ne pas pouvoir aller au-delà de l’expression des besoins et des émotions. D’où l’importance de la lecture du visage face à face de la visualisation de tout, des couleurs et de la lumière.L'angoisse de la non-communication, c'est l'angoisse de se retrouver dans le noir, comme l'entendant se retrouverait sans parole dans un monde pourtant humain. «Avec mes yeux, dans la lumière, je peux tout contrôler. Noir est synonyme de non-communication, donc de silence. Absence de lumière : panique. Plus tard, j’ai appris à éteindre la lumière avant de dormir ».

Emmanuelle Laborit...
tracking img