Le silence a-t-il un sens ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le silence a-t-il un sens ?

Le silence. Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, où le bruit et le bavardage semblent être devenus la règle d’or, le silence est une exception. Il est vrai que la valeur du silence paraît nous échapper, et l’on semble le fuir, comme s’il pouvait nous révéler des choses que l’on voudrait se cacher. Ou bien est-ce seulement parce qu’il nous paraîtinutile et sans signification aucune, que nous ne le recherchons pas. Pourtant nous avons besoin de silence jusque dans notre vie quotidienne, par exemple pour dormir ou réfléchir. Mais parlons-nous alors du même silence ? Celui-ci est généralement défini comme étant une absence de bruit, ou l’action de se taire. Il se comprend alors comme silence extérieur par en opposition à un environnement bruyant.Rarement entendons-nous parler du silence intérieur, qui consiste, en quelque sorte, à effacer nos pensées confuses et inutiles.
Ainsi, par définition, nous venons de voir que le silence, ne pouvait, par définition, rien dire. Mais est ce que cela l’empêche forcément de posséder un sens ? On entend le mot « sens » ici comme une signification, une sorte de message, mais on peut aussi l’envisagercomme une direction. Alors le silence correspond-il seulement à une d’absence de bruit, un vide ou permet-il au contraire de transmettre quelque chose à quelqu’un ? Et si l’on désire aller plus loin, on peut se demander ce que représente en soi le silence pour les hommes. En d’autres termes, le silence a-t-il un sens  pour l’homme?

Tout d’abord, nous pouvons penser que le silence n’a ni sens nibut précis. Il survient au hasard, sans que l’on s’y attende ou qu’on ne l’ait provoqué. Par exemple, il arrive qu’en ville, où le bruit règne presque constamment, il y ait quelques secondes de silence, tellement inhabituelles que brusquement on les remarque.
Ainsi, le silence peut être considéré comme une sorte d’ « état ». En effet, il est difficile de penser que lorsque l’on dort, et qu’iln’y a aucun bruit le silence ait un quelconque sens. Il s’est installé parce qu’il n’y a plus de bruits extérieurs. Il en est de même dans la nature où ces longs moments de silence ne semblent pas transmettre quelque chose.
De plus, le silence, devenu rare à notre époque, a pris un aspect libérateur car le bruit nous entoure et nous oppresse continuellement. Les gens peuvent le rechercher, pour sereposer l’esprit par exemple, mais ils ne le cherchent pas pour y trouver un quelconque message.
On peut donc dire que le silence a une utilité, que les hommes s’en servent un peu comme d’un outil à leur service, au même titre qu’une machine, mais cela ne veut pas pour autant dire qu’il a un sens, ou que, lorsqu’on l’utilise, c’est pour faire passer un message.
Puis, le silence peut correspondretout simplement à un arrêt de la parole. Lorsque quelqu’un se tait parce qu’il n’a plus rien à dire ou parce qu’il est tout seul, le silence qu’il va provoquer peut être vide et sans aucune substance.
De plus, le silence peut-être la conséquence d’une impossibilité de communiquer avec les autres. Ainsi, un sourd muet vit dans le silence, et ne connaît que lui, jusqu’à ce qu’il apprenne un autrelangage que la parole (le langage des signes dans le cas présent). Pour lui, le silence n’a pas de sens car il ne peut l’opposer à la parole, et il est vrai que l’un ne peut avoir de signification sans l’autre. Le silence seul n’apporte alors rien, pas même la possibilité de se penser comme étant une personne, un « je », comme ayant une identité. Il provoque un isolement vis-à-vis du mondeenvironnant.
Enfin, pour certains, le silence n’est rien, sauf une perte de temps, un vide inutile, presque malsain. En effet, dans notre société actuelle, le silence semble plutôt mal vu, paraît quasiment être une faiblesse pour certains, qui le méprisent et lui préfèrent de longues et belles phrases, qui ne s’avèrent être, en réalité, qu’un vulgaire bavardage. C’est le cas de certains politiciens...
tracking img