Le silence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1731 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le silence
Vénérable Maître et vous tous mes frères et sœurs en vos grades et qualités,
Tout est symbole… Cette phrase si souvent entendue pendant la cérémonie d’initiation m’est revenue en mémoire au moment d’arrêter le thème des premières réflexions personnelles que je vais vous présenter.
Dans « l’Art de se taire », ouvrage qu’il publia en 1771, l’abbé Dinouart écrit : « le premier degréde la sagesse est de savoir se taire ».
D’un autre côté, dans le Petit Prince, St Exupéry nous dit : « le langage est source de malentendu, on ne parle bien qu’avec le cœur. »
Dès lors, comment oser parler du silence ? Mais, puisque « Tout est symbole »…
Je voudrais vous dire merci de me donner l’occasion de partager avec vous mes réflexions sur un sujet qui m’a toujours intéressé et dont jeparle aujourd’hui pour la première fois. Dans cet espace symbolique, je vais donc oser vous parler de… silence.
J’ai essayé d’ordonner mes réflexions autour de troisquestions :
I Qu’est ce que le Silence ?
II Comment fait-on Silence ?
III Pourquoi fait-on Silence ?
Enfin, en guise de conclusion, avant de retourner à mon silence, je vous dirai l’essentiel de ce que j’ai appris sur le silence enfaisant ce travail.
I Qu’est ce que le Silence ?
a) Le silence dans le monde profane
Le silence n’est pas le non-parler ; il est une entité positive.
Tout parle dans l’univers par périodes ; et par périodes aussi tout écoute. Les évènements importants se produisent après un temps de silence. La grande voix de la Nature, le tonnerre, ne se fait entendre qu’après une seconde de répit dansla tempête.

Sur cette terre, tout ce qui dépasse un certain niveau ne trouve plus d’expression. Tout ce qui est vraiment grand parle peu.
Le silence peut être imposé dans certaines organisations ‘franc-maçonnerie, ordres monastiques) ou résulter d’une décision individuelle (Refus de parler, d’exprimer ses idées)
La pratique du silence est le sommet de l’ascétisme corporel et le fondement del’ascétisme de la volonté.
Mais, tout comme il ne suffit pas de s’éloigner des hommes pour être en solitude, il ne suffit pas de se retirer dans sa chambre pour être en silence.
Le silence est un repos, une mise en ordre, une récupération. Le silence termine l’acte et le prépare.
b) Le silence en maçonnerie
Ma première rencontre avec le silence maçonnique a eu lieu dans le cabinet deréflexion. Silence extérieur car l’endroit est fort calme mais aussi et surtout, silence intérieur. En effet, le testament symbolise que l’on impose le silence à son ancienne manière de penser. Le profane passe ainsi au silence et se prépare à être initié.
Le silence est le résultat d’un effort de maîtrise de la parole auquel le novice doit s’exercer dès son entrée : le silence des lèvres conduit à lamaîtrise des pensées.
Cette maîtrise de soi n’est pas seulement affaire de convenance, elle vise avant tout au développement de la recherche spirituelle en lui procurant une ambiance favorable ; il est un renoncement intentionnel au don de la parole, afin de créer un silence intérieur, au milieu duquel il est possible d’être présent aux autres et à soi-même.Le coup de maillet du Vénérable Maître renvoie les frères au silence dans ce sens qu’il fait passer d’un point de l’ordre du jour à un autre.

II Comment fait-on Silence ?

Le silence est plus que simple absence de son, de bruit, de bavardage. Se taire, c’est s’abstenir de donner son opinion par un moyen quelconque.
Le...
tracking img