Le site néolithique de la rue bernier à valenciennes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3533 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
La fouille d’un site du Néolithique final en contexte de vallée à Valenciennes - Rue Bernier (Nord)

Gilles LEROY, Marianne DECKERS, Olivier COLLETTE

Depuis quelques années, un effort particulier a été entrepris sur la plaine alluviale de l’Escaut et ses abords. La reconversion de nombreuses friches et une politique active de construction de logements neufs en périphérie des zones urbainesinduisent une pression foncière importante. Cette situation amène à multiplier les observations et a, d’ores et déjà, permis de confirmer la forte potentialité de ce segment de vallée pour les périodes récentes de la Préhistoire.
Deux diagnostics, réalisés en 2005 et en 2006 au sud de Valenciennes, ont permis d’identifier les vestiges d’une occupation du Néolithique final appartenant à latradition culturelle du groupe Gord-Deûle-Escaut.
La fouille de ce site, débutée en mai 2006 et menée par le Service Archéologique de Valenciennes, a permis de mettre au jour des vestiges préhistoriques en relation avec le contexte naturel particulier (Tixador, 2005, 2006). Celui-ci correspond à une zone de résurgence dominant la vallée tourbeuse. Cet environnement sourcier a provoqué l’apparition depetites retenues d’eau bordées de microreliefs. Dans des conditions encore mal comprises, un tuf calcaire s’est développé à hauteur de la résurgence. Cette formation carbonatée a ensuite été recouverte par des couches d’argile organique avant d’être ensevelies sous une épaisseur importante de colluvions et de remblais.
La première occupation du site intervient au Mésolithique. Après une périoded’abandon, les néolithiques s’installent sur le versant dominant la plaine marécageuse de l’Escaut. Dès le début, ou au cours de cette occupation, la dépression s’étendant en contrebas du rebord à la berge du chenal tourbeux semble avoir connu une vocation différente. Les restes d’au moins six individus dont deux en connexion (fig.1) ont été identifiés à ce jour.
En l’état actuel de recherches, il estimpossible d’affirmer le caractère funéraire de ces restes osseux. Il semble néanmoins que les individus aient été déposés ou immergés à proximité d’une zone d’habitat, et apparemment en association avec une série de buttes réparties sur l’étendue de la dépression. Nous verrons quels éléments taphonomiques et stratigraphiques peuvent, d’ores et déjà, nous permettre d’avancer quelques hypothèses.Néanmoins, l’étude du site n’étant qu’à ses prémices, cette présentation ne constitue tout au plus qu’une information préliminaire.

Contexte général

Le site de la rue Bernier à Valenciennes occupe le pied du versant oriental de la vallée de l’Escaut. A cet endroit, le fleuve décrit un méandre au sein d’une plaine alluviale large d’environ 1km. La topographie locale correspond à un taluscrayeux orienté sud-ouest/nord-est dominant la plaine d’environ 25 m. Ce talus disparaît rapidement vers l’aval par la confluence avec la Rhônelle venant de l’est, et l’ouverture d’une large zone déprimée (fig, 3).
Le substrat géologique se constitue d’un socle paléozoïque houiller sur lequel repose une couverture méso-cénozoïque constituée de roches tendres et d’un manteau limoneux quaternaire.
Ladiversité de la nature des terrains offre potentiellement accès à différentes sources de matières premières (silex du Sénonien, grès du Landénien). Ce type de contexte n’est pas sans rappeler les vallées de la Deûle et de la Scarpe, dont les physionomies sont assez similaires. En ce qui concerne le domaine alluvial de la haute vallée de l’Escaut, le faible nombre d’indices d’occupations avérés pourle Néolithique est à mettre en relation avec un déficit d’observations et d’études du contexte morpho-sédimentaire entre le Cambrésis et la frontière belge. Seul un site était jusqu’à peu attribué au Néolithique récent/final : il ne s’agissait que de quelques éléments lithiques associés à un vase et recueillis à la faveur d’un effondrement de berge du canal sur la commune de Saint-Saulve, à...