Le spleen de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (478 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture Analytique – Spleen – Baudelaire

I – Une illustration poétique du « spleen »

A – Définition du Spleen

 Définition du spleen chez Baudelaire
 Eléments prouvant que c’est bien unpoème écrit dans sa période spleen :
- Champ lexical de la mort = noir/drapeau noir/corbillards/chaos/crâne
- Champ lexical de la tristesse = triste/noir/pleure/ennuis/pluie
- Champ lexical de lapeur = atroce/affreux hurlements/angoisse
- Champ lexical de l’obscurité= noir/chaos/corbillard/cachot/prison/araignées/chauve-souris/nuit/ciel bas et lourd
- Champ lexical de la pesanteur =lourd/vaincu (car c’est un participe passé donc on subi la défaite, ça nous pèse)/pèse
Tous ses éléments définissent bien le spleen selon Baudelaire

B- Le spleen : un voyage vers la mort

 L’auteurs’ennuie profondément = citer vers 2 et vers 12. Les araignées tissent leur toiles en général dans les lieux abandonnés, sans vie. Ici, le fait que les araignées tissent leurs toiles au fond de soncerveau montre que l’auteur ne vit plus vraiment, que son corps est à l’abandon à l’intérieur, qu’il n’a plus d’activité, au moins cérébrale, donc qu’il est mort en fait.
 L’auteur nous décritchronologiquement le chemin vers la mort, chaque strophe correspond à une étape de ce voyage en fait :
- Strophe 1 : le poème commence par le ciel « v.1 » donc on commence d’en haut
- Strophe 2 : ondescend sur terre « Quand la terre… » et on passe aussitôt sous terre avec le mot « cachot » car on a perdu l’espoir « Où l’espérance (…) plafond pourris ».
- Strophe 3 : la vie s’éteint petit àpetit, l’auteur meurt lentement dans la prison, justement parce qu’il a perdu espoir. C’est pour cela que les araignées peuvent tisser leurs toiles sans être gênées (vers 11-12)
- Strophe 4 : le poèteest mort, il retrouve les autres esprits errants et les cloches sonnent ; c’est une image pour dire que l’heure de la mort à sonner, qu’on a sonné le glas.
- Strophe 5 : Du coup, il finit dans un...
tracking img