Le spleen de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6378 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. INTRODUCTION

1.1 La vie turbulente de Baudelaire

Quand on parle de la poésie de Charles Baudelaire, il est nécessaire de mentionner quelques éléments faisant une partie de sa vie. Toute sa vie, qui était vraiment turbulente, bâtissait son caractère unique. Et ce caractère bâtissait sa poésie qu'on voit maintenant comme un produit formidable de la sensibilité profonde.
CharlesBaudelaire est né en 1821 à Paris. Il était le fils d'un disciple des philosophes et amateur de peinture. Un an après la mort de son père, sa mère s’est remariée avec le commandant Aupick, un homme sévère et d'un esprit étroit. Baudelaire n'était pas satisfait de ce mariage et il ne s'entendait pas avec son beau-père. Ils l'ont mis en pension à Lyon, puis au Lycée Louis-le-Grand. À cette époque-là, iléprouve déjà des sentiments qui ne sont pas vraiment habituels pour un enfant. Il montre le cynisme singulier qui vient des mélancolies qui troublent son âme déjà sensible. Il est un enfant solitaire et révolté.
L'enfance difficile est suivie d’une vie de bohémienne. Il passe son temps en lisant beaucoup et en fréquentant des personnages qui vont devenir très importants dans sa vie: Leconte deLisle, Pierre Dupont, Le Vavasseur. Il se passionne pour Gautier dont il devient le disciple et pour De Maistre. Sa famille intervient et lui propose de partir aux Indes. Pourtant, il ne profite pas de ce voyage du tout. Il reste sur le bateau en se renfermant en lui-même et en littérature. Mais, ce voyage est très important pour son œuvre, car il reconnaît ici sa sensibilité qui va marquer presquetoute sa poèsie. L'exotisme, la mer et le soleil qui l'entourent deviendront des éléments de ses poèmes.
Quand il est revenu à Paris, en obtenant une partie de l'heritage de son père, il commence à mener une vie pleine de l'élégance materielle selon son idéal de dandysme. La femme qu'il recontre et qui va marquer sa vie est Jeanne Duval. Elle présente la période heureuse de sa vie turbulente.Mais, à cause de sa famille, il ne peut plus garder tout son argent et commence à vivre dans la misère. Cela ne l'empêche d'abuser de l'opium et du hachich. C'était pour s'échapper à cette vie désespérée. Pour pouvoir vivre il écrit les critiques d'art. En 1848., il veut prendre parti pour la Révolution, mais il n'a pas assez d'enthousiasme. Vers 1852., il découvre l'œvre d'Edgar Allan Poe. Poe écritdes poèmes et des contes pleins de mysticisme où il trouve le génie pareil que le sien. En 1857., les Fleurs du Mal paraît, le recueil qu'il écrit pendant cinquant ans.
Puis, il s'exile en Belgique. Il éspère qu'il y va trouver quelque chose qui le sauverait la vie qu'il menait, mais il y tombe gravement malade et il doit revenir à Paris où il meurt 1867., frappé de paralyse générale.
Mêmes'il y avait quelques moments brilliants, la vie de Baudelaire était malheureuse. Lui-même, il a dit: "Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage, traversé ça et là par le brilliants soleils." Tous les domaines de sa vie étaient marqués par une souffrance profonde: la situation materielle, la carrière qui n'était pas comme il désirait, les amours sans succès, les problèmes physiques et avant tout, lestroblements concernant son moral perdu dans la solitude perpetuelle. Tout cela provoque son Spleen auquel il ne pouvait s'échapper.

1.2 Le rapport avec le romantisme

Dans un certain sens, on peut considérer Baudelaire comme un héritier du romantisme. Baudelaire, comme des romantiques, se sent étranger dans le monde. Il ne se sent pas bien parmi les gens qui ne le comprennent pas. Il estseul et isolé parce que sa sensibilité fait de lui un homme différent. Pourtant, il ne l'est pas au sens littéral. Non seulement que les sujets ne sont pas les mêmes, mais aussi la conception du lyrisme est tout à fait différente. Ce qu'on voit chez les romantiques c'est le lyrisme facile et l'exaltation du Moi. Chez Baudelaire, la malédiction domine et l'homme devient condamné à ce qu'on...
tracking img