Le statut de la logique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1036 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Qu’est-ce que la logique ? Le sens commun interrogé dira que cela doit être est une sorte « d’étude de la pensée », « étude du raisonnement ». Mais la pensée peut s’entendre de deux manières. Le psychologue et le logicien ont tout deux affaire à la pensée en un sens, mais pas dans le même sens. Le psychologue s’intéresse aux faits de conscience, aux vécus de conscience et à leur explication. Cen’est pas le champ d’intérêt, le point de vue du logicien sur la pensée qui est seulement intéressé par la question de la vérité. La psychologie ne rencontre la pensée du logicien que sous l’angle du statut de croyance dont elle peut chercher les causes, mais le statut de sa vérité n’est pas son problème. « Le psychologue n’a point à s’occuper de la vérité ou de la fausseté d’une croyance ; lejugement faux est pour lui un fait au même titre que le jugement vrai. Ce qui intéresse le logicien, c’est précisément la distinction du vrai et du faux.. Le premier recherche à quelles conditions une croyance est, le second à quelle condition une croyance est fondée ». Ce sont là deux points de vue différents. La pensée, en tant qu’elle porte sur des idées, ne se réduit pas à du psychologique. Onappelle justement psychologisme l’attitude qui tend à réduire l’idée à un phénomène de conscience passager. Par exemple, la théorie de l’éducation de Rousseau possède une certaine validité, un contenu logique qui mérite qu’on l’étudie. Ce n’est pas parce que Rousseau a laissé ses enfants à l’assistance publique que pour autant ce qu’il dit sur l’éducation est sans valeur. En rester à cette critique,c’est faire du psychologisme et perdre de vue la valeur de vérité d’une doctrine en ne voyant que la psychologie de son auteur. (texte)

Cette distinction en appelle une autre. On pourrait objecter que la vérité contenue dans la pensée est en fait l’objet des sciences. Cependant, il faut distinguer l’attitude logique du spécialiste, de celui qui raisonne en mathématiques, en biologie, enhistoire, de la réflexion logique qui est celle du logicien. L’attitude logique est nécessaire dans tous les domaines de la connaissance, sans quoi le savoir ne parvient pas à se structurer, sans quoi il n’est pas de science possible, puisque la science est une connaissance en forme de système. L'attitude logique n’est pas la réflexion sur la logique, n’est pas la logique réflexive. Il revient aulogicien de s’interroger sur notre expérience intellectuelle en tant qu’elle prend la forme d’un discours qui se caractérise par une prétention à la vérité. Encore faudra-t-il que nous précisions exactement le type de vérité qui regarde la logique.

On définissait autrefois la logique comme un art de penser droit et juste. Comme si la logique disposait en elle-même d’une sagesse. Cette définitionserait correcte si la pensée ne se formait qu’à travers la cohérence de son discours. Mais suffit-il qu’un discours soit cohérent pour qu’il soit vrai ? Nous avons déjà vu précédemment que le mérite de l’approche objective de la connaissance est de ne pas seulement se fier à la construction conceptuelle des théories, mais de les soumettre à l’expérimentation. Nous avons aussi vu que la méthodepour bien conduire sa pensée ne se réduit pas à quelque règles de logique. C’est ce que nous montre Descartes. La logique ne peut pas se substituer à la science. Aristote, le fondateur de la logique en Occident, la plaçait sous le titre général d’Organon, ce qui signifie en grec outil. Il la plaçait au point de départ de la science comme une propédeutique, une introduction à la science. Celasignifiait que l’élève était sensé apprendre à user correctement des concepts, à manier le jugement avec rigueur, à procéder correctement dans ses raisonnements, avant de se livrer à l’étude scientifique de la Nature. Une pensée incohérente ne peut pas faire d'étude solide. Le sens de cette préparation est donc important. Il y a du logique partout où se présente une méthode. La logique est inhérente...
tracking img