Le stoicisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (462 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Le stoïcisme est une école philosophique de la Grèce antique, fondée par Zénon de Citium en 301 av. J.-C. C'est par la suite un courant philosophique hellénistique qui a traversé les siècles, subides transformations (notamment avec Chrysippe en Grèce et à Rome avec Cicéron, Sénèque, Épictète, Marc Aurèle), puis exercé diverses influences, allant de la période classique en Europe (en particulierau XVIIe siècle, chez René Descartes) jusqu'à nos jours.
Cette philosophie exhorte à la pratique d'exercices de méditation conduisant à vivre en accord avec la nature et la raison pour atteindre lasagesse et le bonheur envisagés comme ataraxie (absence de passions qui prend la forme d'une absence de souffrance).
Le nom de Stoïcisme vient du grec Stoa poikilê ou les adeptes du portique. En effetZénon enseignait ses leçons sous un portique de l'Agora à Athènes où les stoïciens se réunissaient et enseignaient. De là vient que le stoïcisme est aussi nommé l'école du Portique. Ce mot désigneaujourd'hui, dans l'usage courant, l'aspect moral de cette philosophie : on entend en effet par stoïcisme une attitude caractérisée par l'indifférence à la douleur et le courage face aux difficultés del’existance
Selon Diogène Laërce (VII, 132), les stoïciens divisent la physique en général en trois domaines : le monde, les éléments, la recherche des causes. Mais l'étude de la nature est aussidivisée selon des lieux spécifiques : les corps ; les principes ; les éléments ; les dieux ; enfin les limites, le lieu et le vide.

Le nom de Stoïcisme vient du grec Stoa poikilê, un portique del’Agora à Athènes où les Stoïciens se réunissaient et enseignaient. Ce mot désigne aujourd’hui, dans l’usage courant, l’aspect moral de cette philosophie : on entend en effet par stoïcisme une attitudecaractérisée par l’indifférence à la douleur et le courage face aux difficultés de l’existence.
Il ne nous reste que des fragments des premiers Stoïciens (Zénon de Kition (344 – 262), Cléanthe), et...