Le style de de gaulle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Charles de Gaulle est, pour tous, reconnu dans les esprits comme un homme d’envergure politique, mais aussi comme « Le Général » qui a sauvé la France de l’invasion nazie. Cependant, à travers ses mémoires, il fixe lui-même son rôle pour la France, mais présente aussi une tournure du personnage plus littéraire. Comme le déclarait Buffon dans son discours sur le style, De Gaulle illustre-t-il àtravers son style dans Le Salut, l’homme qu’il était ? Nous verrons dans un premier temps que De Gaulle est un homme de lettres dont la culture ne laisse pas à désirer. Puis nous observerons comment cette connaissance de la langue lui permet ici de s’affirmer lui-même.

De Gaulle est issu d’une famille de noblesse française. Son père est professeur de Lettres, et lui donne très tôt son goûtpour la littérature, notamment latine et française. Il intègre d’ailleurs, par la suite les classes préparatoires Hypokhâgne du lycée Stanislas à Paris, où il démontre sa passion pour l’écriture. Cette dernière le suit tout au long de son parcours, et très tôt après ses premières expériences dans l’armée, celui que l’on nommera « Le général » commence à écrire. Parmi les plus connues de sespremières œuvres, on retrouve le fil de l’épée publié en 1930. Ses nombreuses œuvres fixent dans le temps et dans les mémoires les exploits accomplis par De Gaulle tout au long de sa carrière. Le Salut en est l’apothéose, et propose une œuvre fine, et recelant de cette culture que l’on doit reconnaitre au Général. Claude Roy écrit d’ailleurs à son sujet « De Gaulle est un de nos grands écrivains latins delangue française ». Il illustre aussi cette culture, faisant allusion aux différents genres littéraires qu’il réussit avec aisance à appliquer aux situations, comme lors du banquet de Staline qu’il décrit comme « un drame bien monté, où l’intrigue demeure en suspens tandis que les péripéties se mêlent et se multiplient jusqu’à l’instant du dénouement. » il use ici du vocabulaire commun à ladramaturgie, montrant ses connaissances des genres et des subtilités de l’écriture.
De Gaulle ne se contente pas d’étaler sa culture, il nous montre qu’il sait en tirer avantage, et s’en servir comme d’une arme de communication. Le Salut est d’ailleurs en grande partie responsable de l’élection de De Gaulle comme président de la république. En effet, il le publie peu de temps avant lesprésidentielles, rappelant ainsi aux français ce qu’il a fait pour eux. De Gaulle se compare aux plus grands des écrivains. Il va jusqu’à se mettre dans la peau de Macbeth pour montrer que la situation à laquelle il doit faire face a de quoi lui donner les pires cauchemars « je me fais l’effet de Macbeth devant la marmite des sorcières. » Il s’identifie ainsi à l’un des personnages les plus connus de lalittérature anglo-saxonne, prouvant que sa culture s’étend plus loin que les frontières françaises, et au-delà du genre des mémoires. Les images utilisées, les tournures et la rhétorique mettent en avant une écriture très inspirée, proche même de l’imitation d’écrivains renommés comme Chateaubriand.
De Gaulle veut utiliser ces procédés reconnus comme méritants pour nourrir son propos personnel, et gagnerle respect des français. Tout comme Chateaubriand, De Gaulle propose dans le salut une métaphore très maritime, qu’il développe tout au long du troisième tome de ses mémoires. Au chapitre Discordances, p.244-245 De Gaulle use de cette métaphore pour se comparer à Churchill « Si différentes que fussent les conditions dans lesquelles Churchill et de Gaulle avaient eu à accomplir leur œuvre, […] ilsn’en avaient pas moins, pendant plus de cinq années, navigué côte à côte, en se guidant d’après les mêmes étoiles, sur la mer démontée de l’Histoire. » Ainsi, grâce à une image inspirée de Chateaubriand, De Gaulle avance un autre aspect de ses qualités littéraires, celui du mémorialiste. En effet, cette citation apporte un élément du portrait de Churchill. Hors le portrait est reconnu pour...
tracking img