Le suicide : accident du travail ? « ces drames dans l’entreprise sont ils l’expression d’un malaise au travail ou d’un mal vivre personnel ? »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 54 (13447 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Introduction : le travail aujourd’hui, le suicide dans notre société.

Les cas de suicide liés au travail ne sont pas un phénomène nouveau ; les médecins du travail ont commencé à rapporter des faits vers les années 1990. Au cœur de l’actualité et des débats qui précédent les échéances électorales, prétexte à de nombreux ouvrages, conférences et autres documentaires télévisés, le suicideretient dramatiquement l’attention lorsque une fois encore, une fois de trop, une personne met volontairement fin à ses jours par excès de pressions professionnelles : France Télécom, La Poste, Renault, EDF, Pôle Emploi…«Travailler serait donc dangereux », voilà un constat pour le moins paradoxal car, si l’on en croit les enquêtes sociologiques, la plupart des Français associent le travail à leurbonheur de vivre.

Pour comprendre et dépasser cette contradiction apparente, il convient de regarder la manière dont le travail se transforme. On observe une série de tensions, de natures et de portées inégales, qui affectent notre manière de travailler. Ces tensions peuvent être lues comme le produit de mutations - nouvelle disposition économique et technologique - et de stratégies gestionnairesqui ont des conséquences comptables sur les flux internationaux de main d’œuvre, le marché de l’emploi, l’organisation des entreprises, les conditions de travail, et enfin sur l’organisation des temps personnels et sociaux qui rythment notre vie quotidienne. Ces risques psychosociaux au travail – stress, harcèlement, violences, suicides…- qui sont devenus récemment une préoccupation pour lespouvoirs publics, ne sont pas étrangers à ces évolutions. Les premiers symptômes pathologiques, tel que le « burn out », excès de fatigue, ont été diagnostiqués il y a plusieurs années déjà.
Cependant, tous les salariés ne sont pas concernés par les menaces les plus graves. Les tensions peuvent même dans certains cas être vécues très positivement ; c’est le cas chez des jeunes spécialistes de labourse par Internet par exemple qui travaillant en centre d’appel, qui disent vivre un « bon stress ». Le risque et la pression sont les conditions essentielles, expliquent-ils, pour pouvoir vivre leur métier intensément, pour ne pas dire passionnément.
Mais le stress peut aussi faire des ravages, quand l’organisation, et les collectifs de travail ne sont pas adaptés. Le stress trop intense peutentraîner des dépressions et conduire à l’ultime solution.

Le nombre de suicides, toutes causes confondues se porterait à 13 000 / an (10 660 cas recensés pour l’année 2002 réévalués d’environ 20-25 % du fait de phénomène de sous déclaration). Le taux de suicide est de 21 pour 100 000. Selon l’OMS, la France se situerait au troisième rang européen Devant la Grèce (2,8), l’Italie (5,9), lePortugal (6,3), le Royaume-Uni (6,5) et l’Espagne (6,7), mais derrière la Finlande (22) et l’Autriche (21,3).
Si le nombre de suicides augmente avec l’âge, la classe d’âge la plus concernée est celle des 35-54 ans.

L’étude de corrélation de facteurs révèle que ce sont les hommes qui sont les plus concernés et surtout les veufs et divorcés (38,8 pour 100000 et 37,3) c'est-à-dire des individusayant connu des ruptures significatives de vie.
Les célibataires et personnes mariées sont nettement moins concernés (20,4 et 16,8). Nous référant aux travaux de Durkheim (1888), nous pouvons alors penser que le sentiment de solitude et d’isolement peut être plus pesant du fait de ces changements de statut familial et bien souvent sociaux et contribuer au développement de syndromes dépressifs. Eneffet, dès 1888, Durkheim démontre que le suicide est avant tout un acte social. Il explique, entre autre, que la famille joue le rôle de rempart contre les agressions extérieures et renforce la stabilité émotionnelle et mentale des individus. Elargissant l’étude aux tentatives de suicide, la même tendance de fragilité sociale et familiale apparaît. Au regard de ces résultats statistiques il...
tracking img