Le suicide anomique de durkheim

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2682 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation sur Le suicide de d’Emile Durkheim

Emile Durkheim, s’il n’est pas le fondateur de la sociologie, a contribué a faire évolué la discipline, en particulier par son apport méthodologique. Dans Le Suicide publié en 1897, il applique notamment sa méthode décrite dans Les Règles de la Méthode Sociologique. Après avoir introduit le terme de suicide en 1893 dans De la division dutravail social, ce sociologue français emploie le terme d’anomie dans son livre sur les causes du suicide pour décrire une situation sociale caractérisée par la perte ou l’effacement des valeurs (morales, religieuses, civiques…) et le sentiment associé d’aliénation et d’irrésolution. Le recul des valeurs conduit à la destruction et à la diminution de l’ordre social, la régulation sociale n’étantalors plus garantit. Dans nos sociétés modernes, où le changement est ininterrompu, l’individu est amené à avoir peur et à être insatisfait, ce qui peut conduire au suicide. L’anomie provient ainsi du manque de régulation de la société sur l’individu.
Pourquoi l’anomie selon Durkheim est-elle dans nos sociétés modernes un facteur régulier et spécifique du suicide ?

I/ Qu’est ce que l’anomie ?a) Le phénomène d’anomie

Dans l’opinion commune, on pense que c’est parce que la vie devient plus difficile qu’on y renonce plus volontiers. Cependant, selon Durkheim, cette explication est contredite dans les faits. En effet, si les morts volontaires augmentaient dans des situations difficiles, cela induirait qu’elles diminueraient dans des périodes heureuses. Afin d’illustrer cette idée,Durkheim utilise l’exemple de la variation du prix des aliments. Lorsque le prix des produits de premières nécessité s’élève avec excès, les suicides font de même seulement dans on ne remarque pas qu’ils s’abaissent dans le cas contraire. L’auteur va même plus loin en démontrant par de nombreux exemples, que les évènements heureux agissent tout comme les désastres économiques dans la société. LesExpositions universelles stimulent les affaires et augmentent la prospérité publique et pourtant elles se soldent bien souvent par une élévation considérable du nombre de suicide. Ainsi, si les crises économiques ou financières augmentent les suicides, ce n’est pas parce qu’elles appauvrissent et rendent la vie plus difficile étant donné que les crises de prospérité ont le même effet. Le taux desuicide augmente parce que ce sont des crises, c’est –à- dire des perturbations de l’ordre collectif.
Toute rupture d’équilibre qu’elle soit négative ou positive pousse à la mort volontaire.
« Comment ce qui passe généralement pour améliorer l’existence peut-il en détacher ? »

b) L’explication du rapport anomie/suicide
Une personne ne peut être heureuse si ses besoins ne sont passuffisamment proportionnels à ses moyens. Mais la nature humaine est sensiblement la même chez tous les citoyens. Ainsi, ce n’est donc pas elle qui peut leur assigner cette limite variable qui leur serait nécessaire. Par conséquent, ils semblent que les besoins des humains peuvent être illimités. L’humain a le vice d’en vouloir toujours plus dans un sens « notre sensibilité est un abîme sans fond que rienne peut combler ». Ainsi, ses désirs illimités sont insatiables étant donné que l’humain ne peut réussir à les satisfaire. Puisque rien ne borne ses désirs et qu’au contraire les moyens humains ont eux des limites, ceux-ci ne pourront jamais être entièrement satisfaits. Ces désirs se renouvellent et se complexifient en permanence donc l’homme souffre de ne pas posséder des moyens à la mesure deses désirs : « une soif inextinguible est un supplice perpétuellement renouvelé ». L’homme éprouve effectivement du plaisir à se mouvoir mais il faut tout de même qu’ils sentent que ses efforts ne sont pas vains, qu’ils ne déploient pas ces capacités tout en sachant qu’il n’atteindra jamais le but recherché. Ce but étant infinis, il n’avance jamais, autrement dit, ses efforts sont vains. La...
tracking img