Le syndicalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2033 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les syndicats et la reprÉsentation des salariÉs

Introduction

I. ORGANISATION….…………………………………………………2

A- Histoire……………………………………………………………….3
B- La création d’un syndicat……………………………………….……3
C- Principaux syndicats : Syndicat patronal & Syndicat des salariés…...4

II. LES APPLICATIONS D’UN SYNDICAT…………………………6

A- Leur rôle……………………………………………………………...6
B- Lesmoyens d’actions syndicaux……………………………………..7

III. LES SYNDICATS DANS LE MONDE AUJOURD’HUI………...7

A- La crise syndicale de ces dix dernières années……………………….7
B- La revalorisation du syndicalisme par l’exemple de la réforme des retraites………………………………………………………………..8

Conclusion

Introduction

Le syndicalisme en France est chargé d’histoire. Acquis par lalutte des travailleurs, il leur permet de défendre leurs droits par divers moyens d’actions (que ce soit par la négociation ou bien par la grève). Encore aujourd’hui, le syndicalisme est présent même s’il a tendance à décliner dans les entreprises. Cette désyndicalisation montre la désinformation vis-à-vis de certains aspects de ce mouvement.

Ces informations permettent de poser laproblématique de ce sujet :
* Quel est le rôle des syndicats dans le monde du travail ?

A travers ce dossier, différentes thématiques seront abordées pour traiter ce sujet. Dans une première partie, l’organisation du syndicalisme sera étudiée. Puis elle sera suivie dans la seconde partie du rôle des syndicats. Et pour terminer, il y aura une partie centrée sur l’actualité du syndicalisme du monded’aujourd’hui.

I. ORGANISATION

A- Histoire

La France est caractérisée par une histoire sociale mouvementée. Les pratiques des militants resteront imprégnées longtemps de la période de clandestinité des syndicats de 1791 à 1884. Le décret d’août 1790 avait reconnu à tous les citoyens le droit de s’assembler et de former entre eux les " sociétés libres ". Pour se défendre des désagréments dela maladie les ouvriers créèrent des sociétés de secours, qui servaient souvent de base à l’action de résistance.
Réactivé par la crise de 1857 le mouvement ouvrier participe à la fondation de l’Association Internationale des travailleurs en 1864. Les syndicats, sans en avoir conscience, deviennent alors des foyers d’organisation de la classe ouvrière.
Une transition vers la reconnaissancelégale du syndicalisme apparaît sous le règne de Napoléon III qui tenta de conduire une politique sociale après les nombreuses révoltes ouvrières du début du siècle. L’empereur rend légale en 1864 la coalition des travailleurs (la loi dite de Waldeck-Rousseau en 1884 réaffirmera ces propos).

En créant l’organisation Internationale du travail, le traité de Versailles (1919) pense la notion" d’organisations les plus représentatives ". Cinq critères sont énoncés (les effectifs, les cotisations, l’expérience…) et sur cette base les pouvoirs publics ont reconnu cinq grandes confédérations : la CGT, la CGT-FO, la CGC, la CFTC, la CFDT. Par la suite, diverses scissions de ces confédérations créeront de nouveaux syndicats (CGC,CFDT) au cours du siècle.

Le patronat ne sera représentéque bien plus tard en 1998 par le MEDEF (Mouvement des entreprises de France) succédant au CNPF (Conseil national du patronat français).
B- La création d’un syndicat

Pour défendre ses droits chaque employé peut créer un syndicat dans sa propre entreprise. Seulement deux conditions sont nécessaires: avoir une activité professionnelle, être syndiqué.
Ces deux conditions sont issues dupréambule de la constitution et du Code du Travail : « tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix » (Préambule de la Constitution de 1958). Aux termes de l'article L.411-2 du code du travail: « Les syndicats ou associations professionnelles […] peuvent se constituer librement ».
Ensuite des personnes peuvent être élues au...
tracking img