Le tartuffe de molière

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (743 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte n°17 : LE TARTUFFE de Molière

La pièce Tartuffe a été interdite deux fois par la cabale des Dévots, car le texte porte sur la vraie ou fausse dévotion, ce qui est difficile à distinguer. En1669, Molière avec une troisième version a la permission de la jouer. En attendant, il joue d’autres pièces. Enfin, ce texte constitue la première scène, la scène d’exposition qui a un caractèreinformatique mais pas seulement ; il faut accrocher le spectateur en faisant preuve d’originalité. Nous verrons ainsi dans un premier temps, quelles sont les informations qui sont données de façonvraisemblable ; par une grand-mère qui fait des remarques sur des membres de sa famille en les nommant. Puis, nous verrons quels sont les procédés comiques qui donnent à cette scène un caractère alerte etaccrocheur.

Une didascalie indique le lieu où se déroule la scène, Paris. Cette indication très évasive donne tout le loisir au metteur en scène de placer un dispositif scénique qui rende le lieumoins anonyme. Par exemple, Planchon choisi un énorme tableau en fond qui représente la descente de croix. Mme Pernelle indique au vers 17 qu’elle est la grand-mère etainsi précise les relations familiales en blâmant les siens. Son fils dont on ignore le nom dans la pièce est le maître de maison. Elmire est sa « bru » ce qui traduit une dureté de la belle-mèreenvers sa « belle-fille ». Celle-ci est la seconde femme d’Orgon, ce qui fait d’Elmire la belle mère de Damis et Marianne (vers 28). Elle est critiquée par Mme Pernelle pour sa coquetterie. Dorine estune femme de chambre qui parle beaucoup ce qui est surprenant. Elle est la suivante et est « forte en gueule » et « impertinente ». Son rôle est exceptionnel ; elle défend Damis et Elmire en tenant têteà ses maîtres. Cléante est le beau frère du maître de maison et passe pour un libertin (vers 93 à 102). Lorsque Mme Pernelle le complimente, elle fait preuve d’ironie, Cléante lui raisonne et est...