“Le tartuffe” : lecture analytique, acte iv, scène 5

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1055 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION

Molière est un auteur reconnu et apprécié du roi Louis XIV quand, à l'occasion d'une fête à Versailles, il fait jouer, en 1664, sa comédie, Le Tartuffe. Mais le royaume est alors divisé autour des questions religieuses et le parti des dévots est puissant. Ils s'indignent face à la pièce, et leur cabale oblige le Roi à la faire interdire. Sa représentation ne sera autorisée qu'en1669 après qu'elle aura été plusieurs fois remaniée.

Présentation du texte : Les 2 premiers actes nous ont présenté la perturbation introduite dans la famille d'Orgon par Tartuffe, que Mariane doit épouser contre son gré. L'arrivée de Tartuffe à l'acte III révèle son “imposture” : ce dévot tente de séduire Elmire. Surpris et dénoncé par Damis à Orgon, celui-ci préfère croire Tartuffe, et ilchasse son fils. Le seul moyen restant pour le convaincre est qu'il découvre lui-même la vérité. Elmire le cache alors sous la table pour qu'il assiste à la conversation. === L'imposture de Tartuffe sera-t-elle révélée?
LA MISE EN SCENE DU DEVOILEMENT

Nous sommes dans une scène traditionnelle dans la comédie : un mari, caché, assiste à la tromperie de sa femme. Cependant ici ce n'est pas lafemme qui trompe, mais Tartuffe, et le mari est complice de la situation.

Le trompeur trompé une scène de séduction A priori cette situation d'énonciation rend la scène comique : Orgon est certes caché, mais la mise en scène peut l'amener à se faire voir du public par instants. Le rire vient du sentiment de supériorité du public : il sait ce que Tartuffe ignore. Il comprendra alors la doubleénonciation des répliques d'Elmire. Elles sont à la fois destinées à Tartuffe, pour lui faire croire à sa sincérité et l'amener ainsi à se dévoiler, mais aussi à Orgon, pour qu'il mesure l'hypocrisie de Tartuffe : les vers 1479-1480 soulignent l'opposition à la rime entre la réalité du désir coupable(”vous voulez”) et l'apparence de la dévotion (”vous parlez”).

Ce double jeu apparaît nettementdans l'emploi du pronom “on” : le “on” du langage précieux qui désigne l'objet aimé ( Elmire pour Tartuffe au v. 1481, Tartuffe pour Elmire aux v. 1510, 1513-1515) et le “on” qui désigne Orgon dans ces mêmes vers 1510-1515, à double sens car Elmire tente de l'alerter.

Les réactions d’Orgon évoluent au fil des scènes.

Pendant toute la scène 5, Orgon ne réagit ni à l'hypocrisie du langagede Tartuffe, ni à la gêne croissante d'Elmire, soulignée par les didascalies (la toux) et par le commentaire de Tartuffe. Cette absence de réaction est d'ailleurs relevée par Elmire, par des répliques à double sens : “un rhume obstiné” (l'entêtement d'Orgon), le vers 1501, avec le double sens du “on”.

La sortie d'Orgon, à la scène 6, est due à son amour-propre : il n'a réagi qu'à lacritique de Tartuffe contre lui (v. 1524-1526). Cela est marqué par l'ironie d'Elmire avec les interrogations oratoires (v. 1531), les impératifs ironiques. Le public rit de la bêtise d'Orgon et de sa colère qui le conduit à inverser de son langage contre Tartuffe : “abominable”, “rien de plus méchant n'est sorti de l'enfer”. Mais cela masque en réalité son égoïsme.

A la scène 7, la paroled'Orgon, confisquée jusqu'à présent (par Dorine) ou inefficace (”le pauvre homme ! “) redevient celle du chef de famille, exprimant son pouvoir de maître. les exclamations porteuses d'ironie (v. 1542-1546) ; l'imparfait qui rejette les actes de Tartuffe dans le passé (v. 1546) ; l'impératif (v. 1554-1556)

=== Le public peut croire à un dénouement, apte à satisfaire la morale : le trompeur a été, àson tour, trompé.

L’IMPOSTEUR

Mise en scène de Vitez Tartuffe le séducteur La scène 5 nous confirme l'hypocrisie déjà vue chez lui, celle du “faux dévot”. La religion, déniée (”ces craintes ridicules”), se met au service du désir sensuel humain : l'homme s'affirme supérieur à ses décrets (v. 1582). La promesse de silence, déjà faite, est reprise par le champ lexical du...
tracking img