Le taureau blanc de voltaire

Voltaire de son vrai nom François Marie Arouet, est un écrivain et philosophe qui a marqué le XVIII siècle. Symbole des lumières et chef du courant de penser philosophique, il s'est engagé à défendre la justice et la liberté de penser. Il entre au Panthéon en 1791. Le Taureau Blanc est un conte philosophique qui a été composé en 1774. C'est un récit de style oriental et inspiré par les mille etune nuits. Ce conte philosophique raconte l'histoire d'une princesse égyptienne, Amaside, qui est séparée de son amant, Nabuchodonosor, qui a était transformé en un taureau blanc. Pour apaiser sa tristesse, elle demande l'aide d'un serpent qui va lui conter l'histoire de trois prophètes. Nous nous demanderons en quoi se récit a une visée moralisatrice pour la princesse. Dans un premier temps, nousallons étudier la façon dont le récit capte l'attention et l'intérêt de la princesse. Puis dans un second temps, nous allons étudier les éléments qui annonce la morale implicite de ce récit.

Nous commencerons par analyser le récit du serpent qui vise à plaire à la princesse en étudiant en premier lieu la composition et le rythme du récit. Nous remarquerons que Le deuxièmeparagraphe commence par la périphrase «Maître des choses» L.3 qui est la signification de Dieu. Cette périphrase est suivi du discours de l'ange Ituriel qui promet aux trois prophètes devenue rois, «vous serez rois» L.4, le bonheur par la satisfaction du désir et du plaisir qui leur provoque leur passions dominantes. Dans les paragraphes trois à six nous pouvons souligner de nombreuse péripéties. Toutd'abord dans le troisième paragraphe, nous assistons au «long discours qui fut très applaudi» L.11 à 12 du roi d'Égypte. Ensuite nous avons au cinquième paragraphe, une succession «d'opéra italien» L.18 «sans interruption» L.21 que le roi de Perse écoute avec attention car «leurs voix lui remuaient l'âme jusqu'à la moelle des os» L.19 à 20. Puis dans le sixième paragraphe, le roi de l'Inde«s'enferma avec sa maîtresse, et goûta une volupté parfaite avec elle» L.22, mais aussi ce dernier «plaignait le triste sort de ses deux confrères» L.23. Le rythme du récit va vers le registre de la surprise. Dans le discours de l'ange dans le deuxième paragraphe, nous pouvons repérer une accumulation de verbe au futur comme par exemple «vous serez» L.4, «vous satisferez» L.4, «vous tiendrez» L.5, «vousrégnerez» L.7 ce qui créer une attente de la part de la princesse. Dans le dernier paragraphe, nous pouvons analyser un retournement de situation qui consiste à créer un effet de surprise produite par la prière des trois rois à la dernière phrase. Ces dernier demande à l'ange Ituriel «de les faire bûcherons» L.29. La thématique du récit est familière et suggestive car nous remarquons que ce récitprend par à l'univers de plaisir, du bonheur, de l'abondance que la princesse connaît déjà bien grâce à leur passion et leur statue social car elle même et les rois vivent dans un milieu favorisé. Les personnages du récit du beau serpent sont familier au monde de la princesse, car les trois prophètes devenue rois sont liés au pouvoir que le père de Amaside détient lui aussi dans son royaume. Dans lerécit du serpent, celui-ci utilise des éléments et des parties de la vie de la princesse pour lui faire comprendre que cela ne sert strictement à rien de s'apitoyer sur son triste sort et à pleurer son amant transformé.

Après avoir étudié le récit visant à plaire à la princesse nous allons nous intéresser aux éléments du récit qui annonce sa morale implicite. Le narrateur déposeune marque d'ironie des le prologue en mettant en scène un serpent pour alerter la princesse et le lecteur sur la relativité et la félicité des trois rois. Mais il insiste aussi sur la prétendue félicité qu'ils ont se qui conduit l'accumulation à en dissipé la satisfaction. Les prophètes voulant devenir roi ont accepter de vivre continuellement avec leur passion pour enfin atteindre le...
tracking img