Le temps dans fin de partie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1027 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation sur le temps

Intro
Commencer à présenter le sujet en évoquant l’expérience de l’agonie du frère de Beckett = prise de conscience du temps qui passe lentement.

Développement
Il doit être argumenté et illustré par de nombreuses citations. Attention aux citations qui sont intégrées de façon trop abrupte. Il faut qu’on reconnaisse l’idée du A après l’idée du I.
Assurer uneprogression le long du devoir
Expression doit être précise

I- Un temps cyclique
A- Une journée type
- N’avance pas
- Comédie tous les jours
- Confusion lever/ coucher entre Hamm et clov
- La journée d’une famille( lever, conversations de la journée : une puce à tuer, faire pipi, , calmant avant la nuit
B- Pas de repère temporels
- Climatique : pas de soleil, pas d’heure, heure descalmants ?, fait-il nuit ou jour ?
- Pas de chronologie, de date, d’année. Structure : début : ca va finir/ fin Hamm est dans la même posture et clov ne part toujours pas.

II- Un temps tragique
A- Brouillage des repères temporels
- Confusion passé/ présent/ passé. Passé tragique accident. Présent éternel, infini/ futur : prophétie de Hamm, Hamm rêve d’un futur mais irréalisable
Le passé est flou,lacunaire, sujet à caution : on ne sait rien de précis sur le passé des personnages :
repères temporels vagues « autrefois » p 18, 30,59, « c’est loin, loin, tu n’étais pas encore de ce monde » p 61.
l’ « histoire » de Hamm peut donner lieu à des hypothèses : Clov, fils adoptif de Hamm recueilli dans le « refuge » lors d’une lointaine fin du monde ? mais il n’y a que des bribes, souventcontradictoires, présentées sur un monde parodique par un « narrateur » grandiloquent ; l’histoire est présentée comme un « roman » presque achevé mais dont on ne connaîtra pas la fin p 73.
quelques « souvenirs » de Nagg et Nell refont surface mais deviennent suspects à force d’être traités sur un mode de déploration élégiaque (le lac de Côme p 34) ou tragi-comique (l’accident de tandem p29) .

 lepassé semble donc irrémédiablement perdu et les mots même n’ont plus de sens « hier, qu’est-ce que ça veut dire hier ! » « ça veut dire y a un foutu bout de misère. » p 60.

Le présent n’est pas plus stable en raison des dérèglements provoqués par le temps de la répétition :
ce qui était annoncé comme une crise devant nécessairement avoir un terme pourrait bien se répéter tous les soirs : cf.: « la même heure que d’habitude », « une journée comme les autres », « la même comédie tous les jours », « toujours les mêmes questions, toujours les mêmes réponses », « la routine » p 16, 17, 27 46, 47 … ; la fin renvoie au début et semble annuler toute la progression de la pièce : Clov essaie de partir « depuis sa naissance » et on ne le voit pas partir.
le ressassement et la répétitionconstituent l’essentiel de la pièce (actions, histoires, répliques…). Puisque le présent ne fait que répéter le passé, l’avenir ne semble pas proposer de possibilité de changement.

B- Répétitions qui engendrent la lassitude
- Il faut jouer cette comédie
- Mêmes questions, mêmes répliques
- Répétitions : pantomime initiale de clov :mêmes mvts, mêmes rires brefs, phrases répétées à l’identiqueC- Conséquences tragiques : la décrépitude
- Dents qui se déchaussent, perte des cheveux, culs de jatte
- Perte de l’ouie, de la vue
le temps ne se mesure que par la dégradation : seule la conscience du délabrement permet aux personnages de voir le temps qui passe /
amenuisement et dégradation des choses : transcription spatiale de l’usure par le temps : cf. décor cf. leitmotiv « il n’y aplus de… »
délabrement du corps et de l’esprit figuré concrètement sur scène par les 3 générations de plus en plus décrépites : Clov marche encore mais a mal aux jambes, Hamm paralysé et aveugle, les parents déjà bouclés dans leurs poubelles/cercueils ; insistance sur les maux du corps ; faillite de la pensée et du langage « j’ai mal aux jambes…je ne pourrai bientôt plus penser » p 64 ....
tracking img